•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Littératie au N.-B. : un rapport recommande de commencer dès le plus jeune âge 

Au centre, la ministre responsable de la littéracie Cathy Rogers accompagnée des coprésidentes du Secrétariat à la littéracie du N.-B., Marilyn Trenholme Counsell à gauche et Liane Roy à droite.

Au centre, la ministre responsable de la littéracie Cathy Rogers accompagnée des coprésidentes du Secrétariat à la littéracie du N.-B., Marilyn Trenholme Counsell à gauche et Liane Roy à droite.

Photo : Ici Radio-Canada/Michel Nogue

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Augmenter l'appui au développement de la parole chez les jeunes enfants : voilà l'une des grandes recommandations du rapport sur la littératie déposé vendredi au Nouveau-Brunswick.

Un texte de Louis MillsTwitterCourriel

Le gouvernement Gallant avait commandé ce rapport au Secrétariat à la littératie du Nouveau-Brunswick l'an dernier.

Les coprésidentes, l'ancienne lieutenante-gouverneure du N.-B. Marilyn Trenholme Counsell et la PDG du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick, Liane Roy, font 37 recommandations.

Elles recommandent notamment :

  • d'augmenter l'appui au développement de la parole et du langage en mettant l'accent principalement sur les enfants âgés de 3 ans et moins;
  • d'accorder aux familles un soutien pratique pour favoriser des compétences plus solides en lecture chez leur enfant à chaque niveau scolaire;
  • de renforcer la capacité des organismes communautaires de fournir de l'enseignement à des adultes;
  • et d'affecter un « champion communautaire de la littératie » au sein de chaque région de bibliothèques.

Le gouvernement Gallant partira de ces recommandations pour établir une grande stratégie d'alphabétisation pour la province.

La province est connue pour son taux élevé d'analphabétisme. Selon une enquête sur la littéracie des adultes du gouvernement canadien, en 2012, moins de la moitié des Néo-Brunswickois (46,5 %) avaient un niveau de littératie leur permettant de bien fonctionner dans la société.

La difficulté à bien lire et écrire était plus prononcée chez les francophones que chez les anglophones.

« De faibles niveaux de littératie ont une incidence négative sur la vie des enfants et des adultes, et nous voulons que le Nouveau-Brunswick soit un lieu où l'apprentissage continu est valorisé et où les gens de tout âge ont l'occasion d'apprendre et de s'épanouir au sein de la population active et dans leur communauté », a déclaré Mme Roy.

Pour combattre l'analphabétisme, le gouvernement Gallant a récemment annoncé que cinq bibliothèques publiques seront ouvertes tous les jours de la semaine dans la province, dans le cadre d'un projet pilote.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie