•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin du lock-out chez Sandoz à Boucherville

Lock-out chez Sandoz.

Photo : Teamsters Canada

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le syndicat des Teamsters annonce vendredi la conclusion d'une entente de principe avec les représentants patronaux de l'usine de la Montérégie de la compagnie pharmaceutique Sandoz Canada.

Le texte de l'accord sera soumis aux 267 syndiqués de l'usine en fin de semaine, selon ce que rapporte le directeur des relations publiques des Teamsters, Stéphane Lacroix. On en ignore le contenu pour le moment.

Après avoir fait une grève de 24 heures, mardi dernier, les employés ont été mis en lock-out le lendemain matin.

Annick Lambert, directrice des communications de Sandoz Canada, avait alors assuré que l'important producteur de produits génériques ne souffrirait pas d'une pénurie des médicaments fabriqués à son usine à cause du conflit de travail. Jean-François Pelletier, permanent syndical des Teamsters, avait répliqué qu'un lock-out d'une durée indéterminée pourrait perturber l'approvisionnement en médicaments.

Les points de discorde du conflit étaient l'ancienneté, la formation des travailleurs et les salaires. Les employés se plaignaient aussi d'une forte augmentation de tâches en raison de normes de plus en plus complexes et sévères imposées par les autorités réglementaires canadiennes et américaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !