•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ZEC du Bas-Saint-Laurent s'oppose à Petrolympic

50 chasseurs ont été transportés par voie aérienne pour tuer des orignaux au parc national Gros-Morne.

50 chasseurs ont été transportés par voie aérienne pour tuer des orignaux au parc national Gros-Morne.

Photo : CBC

Radio-Canada

Les gestionnaires de la ZEC du Bas-Saint-Laurent s'opposent formellement au projet de l'entreprise Petrolympic, qui souhaite réaliser des forages exploratoires sur son territoire. Après avoir rencontré des représentants de l'entreprise mercredi soir, ils souhaitent qu'elle abandonne son projet.

Un texte de Julie TremblayTwitterCourriel

Les membres du conseil d'administration de la Société de gestion des ressources du Bas-Saint-Laurent, qui gère la ZEC, considèrent que le projet de Petrolympic est contraire au mandat de leur organisation. Ils affirment que les activités d'exploration pétrolière sont tout simplement « incompatibles avec la protection et la conservation du patrimoine faunique » :

Nous, notre mission c'est de garder un territoire faunique de chasse, pêche et de villégiature, c'est un joyau de la région [...] nous ce qu'on veut c'est garder la vocation du territoire.

Guillaume Ouellet, président de la ZEC du Bas-Saint-Laurent

Ils ajoutent que la zone où Petrolympic souhaite réaliser ses forages est située à proximité de la rivière Patapédia, ce qui pourrait mettre en danger les populations de saumon et de touladi qui y habitent.

La compagnie a été très respectueuse, mais ça ne cadre pas en territoire faunique.

Guillaume Ouellet, président de la ZEC du Bas-Saint-Laurent
Les rivières à saumon du Québec sont-elles encore d'aussi bonnes pouponières qu'autrefois?

À la recherche d'appuis

Guillaume Ouellet tentera d'obtenir l'appui d'autres partenaires fauniques de la région afin de bloquer le projet. Il espère que Petrolympic se retirera d'elle-même avant qu'il ait besoin de demander l'aide des élus. 

Par voie de communiqué, les administrateurs de la ZEC affirment qu'ils s'engagent à « défendre sans relâche le patrimoine faunique de la ZEC Bas-Saint-Laurent afin de garantir la pérennité des différentes ressources et espèces fauniques pour les générations futures. »

Nous n'avons pu pour l'instant obtenir les commentaires de Petrolympic.

Avec la collaboration d'Isabelle Damphousse.

Est du Québec

Environnement