•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

École Aux quatre vents de Dalhousie : une équipe de champions

Une école du Nouveau-Brunswick est très fière du succès de ses équipes sportives
Radio-Canada

L'école secondaire Aux quatre vents, de Dalhousie au Nouveau-Brunswick, termine une année scolaire impressionnante, tant dans le domaine sportif que dans le domaine culturel.

Cette école a remporté des bannières provinciales dans quatre disciplines sportives, en plus de celle pour l'improvisation. Pourtant, l'école secondaire a moins de 250 élèves.

Que ce soit en hockey, en volley-ball ou en soccer masculin, les Cyclones ont été des champions cette année. Ils ont remporté des bannières en sports interscolaires de calibre AA.

La fin de semaine dernière à Moncton, la bannière en athlétisme est venue couronner une année sportive de rêve.

« On a fini au top 5 dans toutes les écoles de la province, ce qui comprend les écoles AAA, AA et A. On a fini la meilleure équipe francophone du Nouveau-Brunswick », explique Olivier Pelletier-Arseneault.

Les athlètes de douzième année s'entendent sur la principale raison qui explique le succès sportif de leur école.

« Je pense qu'on était aussi fort en raison de la chimie d'école. Je veux dire, tout le monde c'est des "chums", tout le monde se connaît, tout le monde s'aime. Chaque équipe se prouve par elle-même », ajoute Olivier.

Ça devient quasiment pu des équipes, ça devient des familles.

Olivier Pelletier-Arseneault.

« La chimie qu'on avait entre nos équipes, ce n'était pas croyable. Moi, je pourrais parler de notre équipe de hockey, ce n'était pas croyable. On était les 20 meilleurs "chums" tout au long de l'hiver et c'est la même chose au soccer et au volley-ball », souligne Yoan Lesvesque.

« Veux, veux pas, ça fait quatre ans qu'on est tout le temps ensemble, la même gang. Comme Yoan et Oli l'ont dit, on est vraiment comme une famille », ajoute Maggie McIntyre.

Le directeur de l'école insiste, quant à lui, sur l'importance de transmettre de bonnes valeurs par le biais du sport.

« On est quand même une école qui doit privilégier des valeurs et on tente de les insérer ou de les promouvoir à l'intérieur des différentes équipes », affirme Brian Landry.

Les improvisateurs de l'école Aux quatre vents ont pour leur part remporté le championnat provincial francophone de cette discipline, la fameuse "Gougoune dorée".

« 16 ans, ça faisait 16 ans qu'elle n'était pas entrée dans notre école », souligne l'entraîneuse en improvisation, Guyane Pelletier.

Elle est très fière des performances de son équipe « Cendrillon ».

« Je décris notre année comme une année de conte de fées. On s'était classé pour la provinciale par la peau des fesses. On avait terminé 8e au régional, donc on s'était vu attribuer la dernière place lors du régional », dit-elle.

Une année mémorable qui restera gravée dans la mémoire des finissants.

D'après le reportage de Serge Bouchard

Acadie

Éducation