•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de cannabis médicinal pour une enfant épileptique de 12 ans, malgré sa prescription

Chantelle Oulton tient une photo de sa fille Megan.

Chantelle Oulton tient une photo de sa fille Megan.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les parents d'une fillette de 12 ans atteinte d'épilepsie sévère veulent tenter de la soigner avec de l'huile de cannabis, mais puisqu'elle vit dans un foyer de soins en Nouvelle-Écosse, ils se butent à un obstacle. Le ministère provincial des Services communautaires, qui gère le foyer, ne le permet pas.

Morgan Oulton est née avec des anomalies au cerveau et souffre de différentes formes d'épilepsie. La jeune fille a également plusieurs troubles de comportement, des troubles cognitifs et souffre d'autisme.

Depuis l'âge de 3 ans, Morgan doit prendre des médicaments pour contrôler sa maladie. Les médicaments ont eu des effets positifs, mais apportent aussi plusieurs effets secondaires.

Remplacer les médicaments par du cannabis 

Les parents veulent maintenant se tourner vers le cannabis médicinal pour améliorer sa condition.

« Nous voulons que Morgan ait la chance de l'essayer, car nous voyons sa condition se détériorer avec sa médication », explique son père, Brent Oulton.

Sa mère souligne que les médicaments entraînent un cercle vicieux. Chantelle Oulton explique que les médicaments antiépileptiques peuvent causer des problèmes de comportement et que ceux utilisés pour contrôler le comportement peuvent contribuer à des crises d'épilepsie.

C'est pourquoi elle a décidé de la sevrer de tous ces traitements l'an dernier.

Mme Oulton assure que tout se passe assez bien depuis et que sa fille a recommencé à être elle-même.

Son appétit et son sommeil s'en portent beaucoup mieux, dit-elle, et elle est plus présente. « Elle n'est plus le petit zombie qu'elle a toujours été », affirme la mère.

Par contre, son niveau d'énergie a considérablement augmenté, ce qui était devenu trop difficile à contrôler pour les parents. Ils ont alors compris qu'ils ne pouvaient plus offrir à Morgan les soins dont elle a besoin.

« Ç'a certainement été la décision la plus difficile que j'ai eu à prendre. C'est complètement déchirant de ne plus pouvoir prendre soin de son enfant », raconte la mère.

Depuis neuf mois, Morgan habite dans un centre de soins provincial à Yarmouth, en Nouvelle-Écosse. Selon ses parents, elle se porte bien et deux personnes veillent sur elle 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Retour des crises

Peu de temps après son arrivée au centre, Morgan a subi deux nouvelles crises d'épilepsie. Les médecins lui ont alors prescrit des médicaments antiépileptiques, ce qui était une très mauvaise idée selon ses parents.

Ils affirment que depuis qu'elle prend cette médication, Morgan a eu 10 crises importantes en neuf mois. Elle a également connu des épisodes de 20 plus petites crises en une seule journée.

Depuis, Morgan ne prend plus ces médicaments. Ses parents espèrent maintenant que le centre lui permettra de consommer de l'huile de cannabis.

Après plusieurs années, les parents ont finalement réussi à convaincre un pédiatre d'en prescrire à Morgan.

Malgré sa prescription, elle ne peut pas commencer ses traitements, puisqu'elle habite dans un centre de soins.

Dans un communiqué, le ministère des Services communautaires de la Nouvelle-Écosse explique qu'« en ce moment, les experts dans le domaine s'opposent à l'utilisation de la marijuana médicinale par les personnes âgées de moins de 18 ans ».

La famille pourrait retirer Morgan du centre de soins et la ramener à la maison pour les traitements. Mais les parents ont écarté cette option pour le bien-être de leur enfant.

« Si nous faisons ça et que ça ne fonctionne pas, nous n'aurons plus d'options pour offrir des soins à notre enfant », explique le père.

Les parents ont lancé une pétition, qu'ils ont l'intention d'envoyer au premier ministre et au ministère des Services communautaires.

D'après le reportage de Phlis McGregor, CBC News

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie