•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario fixe une cible pour que les femmes forment 40 % des conseils d’administration du gouvernement

Kathleen Wynne au congrès libéral à Winnipeg.

Kathleen Wynne au congrès libéral à Winnipeg.

Photo : La Presse canadienne / JOHN WOODS

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement libéral de l'Ontario souhaite que les femmes représentent au moins 40 % de toutes les nominations aux conseils d'administration du gouvernement et de ses agences d'ici 2019.

La première ministre Kathleen Wynne a annoncé cette cible mardi, affirmant qu'elle aimerait que le gouvernement serve d'exemple pour les entreprises privées.

Le gouvernement « encourage » les entreprises à s'engager à ce que les femmes constituent 30 % des nominations à leurs conseils d'administration.

Plus de la moitié des diplômés ontariens sont des femmes, qui forment la moitié de la main-d'œuvre dans la province. Pourtant, en date de l'année dernière, la moitié des entreprises cotées à la Bourse de Toronto ne comptaient aucune femme au sein de leur conseil d'administration.

L'Ontario a par ailleurs créé un comité - qui sera dirigé par le ministre des Finances, Charles Sousa, et Tracy MacCharles, la ministre déléguée à la Condition féminine - pour mettre en place les recommandations d'un rapport sur la diversité hommes-femmes dans les conseils d'administration au Canada.

Mme Wynne plaide que les femmes « établissent les normes pour le monde » et qu'il incombe aux Canadiennes de fixer des normes élevées.

« Toute ma vie, j'ai entendu parler des enjeux sur les femmes. Ce sont des enjeux qui concernent tout le monde, et ce sont des enjeux économiques », a-t-elle souligné lors d'un discours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !