•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaires celtiques au N.-B. : une idée ridicule selon un politologue

Brian Gallant

Brian Gallant

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La décision du premier ministre du Nouveau-Brunswick Brian Gallant de créer un poste des affaires celtiques est « ridicule », selon un analyste politique.

Mario Levesque, un politologue de l'Université Mount Allison, affirme que ce nouveau portefeuille dont hérite la députée de Baie-de-Miramichi-Neguac, Lisa Harris, est « tout simplement bizarre ».

Il ajoute que le chef du Parti vert, David Coon, avait raison lorsqu'il disait que Brian Gallant faisait tout pour plaire à ceux qui s'opposent au bilinguisme dans la province.

« S'il pense que les Néo-brunswickois, surtout les anglophones, sont assez naïfs pour mordre ainsi à l'hameçon, il se trompe », a-t-il déclaré sur les ondes de CBC. »

Brian Gallant a annoncé lundi lors de son remaniement ministériel qu'il adoptait une « approche coordonnée » pour financer les festivals irlandais, écossais et gallois.

Les Higland Games, à MonctonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les Higland Games, à Moncton

Photo : Radio-Canada/Marilyn Marceau

Steve Tweedle, ex-président de l'Association écossaise du Grand Moncton et président des Highland Games à Moncton, souligne que la création de ce ministère reflète l'ethnicité au Nouveau-Brunswick, dont la population est d'ascendance écossaise à 30 %.

Si on les ajoute à ceux qui sont de descendance irlandaise ou galloise, dit-il, ce pourcentage passe à presque 50 %.

« Même parmi les Acadiens de cette province, vous retrouvez des McIntyre, des McLaughlin, des McGraw, des McPhee. Ils sont tous d'origine celtique parce qu'un bon nombre d'immigrants irlandais et écossais dans cette province ont épousé des immigrantes françaises », explique Steve Tweedle.

Il souhaite que ce nouveau portefeuille permette de donner une meilleure reconnaisssance aux événements celtiques comme les Highland Games de Moncton.

Melynda Jarratt, une résidente de Fredericton qui appuie l'idée, affirme que cette initiative va renforcer le patrimoine celtique. 

« C'est une très bonne idée de créer ce poste, c'est un peu inattendu, mais c'est quelque chose que l'on attend depuis longtemps », lance-t-elle.

En entrevue à l'émission Le Réveil/Nouveau-Brunswick, le politologue Roger Ouellette affirme que cette nouvelle responsabilité ministérielle n'était pas une priorité.

« M. Gallant l'a dit lui même: ça ne va pas coûter plus cher au cabinet, ce n'est pas une dépense supplémentaire, que cette personne va faciliter les choses, qu'elle va diriger les demandes de subvention. C'est l'explication un peu plate à mon avis et sans relief qu'a donnée M. Gallant pour décider d'avoir nommé une personne responsable des affaires celtiques », a déclaré M. Ouellette.

« C'est un bonbon, finalement qu'on donne [aux anglophones]. »

— Une citation de  François Gravel, éditorialiste à l'Acadie Nouvelle

Un ministère de l'Immigration

Au lieu de créer un poste aux Affaires celtiques, ajoute Mario Levesque, le gouvernement Gallant aurait dû créer un ministère de l'Immigration.

Le professeur de sciences politiques précise qu'il ne cherche pas à dénigrer l'héritage de quiconque.

Selon lui, la création du poste des affaires celtiques va seulement jeter de l'huile sur le feu des tensions linguistiques dans la province.

« C'est purement une mesure symbolique. Brian Gallant innove, mais pas de la bonne façon. C'est juste un leurre, personne ne va se laisser berner », conclut-il.

Les affaires celtiques, c'est quoi?

  • Dans les derniers recensements, 20 % de la population néo-brunswickoise se disait au moins partiellement d'origine irlandaise, un autre 20 % d'origine écossaise
  • Historiquement, plusieurs contingents d'immigrants irlandais sont débarqués au Nouveau-Brunswick
  • Très peu de gens se disent d'abord celtes

*Selon le professeur d'histoire à l'Université Laurentienne, Joël Belliveau

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie