•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des combats de sabre laser pour les adeptes de la Guerre des étoiles

Des combats de sabre laser en Nouvelle-Écosse
Radio-Canada

Des amateurs du film la Guerre des étoiles (Star Wars) vivent leur passion jusqu'au bout en Nouvelle-Écosse. Ils se rencontrent régulièrement pour des combats de sabre laser dans une boutique de bandes dessinées de Lower Sackville.

« J'ai vraiment aimé la Guerre des étoiles pendant toute ma vie et j'ai seulement su ces derniers mois qu'il y avait même quelque chose comme un sabre laser » explique Erik Bauckman, professeur d'art dramatique dans une école secondaire.

C'est lui qui tente de mettre sur pied un club de sabre laser à Halifax et l'intérêt est grand. 

Un combat au sabre laser à Halifax.Un combat au sabre laser à Halifax. Photo : ICI Radio-Canada

« J'ai déjà passé à la radio. J'ai fait plusieurs différentes entrevues, alors maintenant, beaucoup de gens m'appellent ou m'envoient un courriel », explique-t-il.

Il ajoute que c'est également une forme d'exercice physique bien plus amusante que de soulever des poids en salle d'entraînement. « C'est quelque chose de physique et c'est un peu d'entraînement, c'est aussi beaucoup de "fun". »

Jusqu'à maintenant, une dizaine de personnes ont participé aux différents combats. L'un des élèves de M. Bauckman a été l'une des premières personnes à se joindre au groupe.

Ben Cox, 16 ans, a été fasciné par la Guerre des étoiles lorsqu'il était enfant. Il a rapidement été attiré par les combats de sabre laser.

Maintenant, il a lui aussi son sabre laser qui, malgré le nom, n'a pas de laser, mais qui a tout de même de belles couleurs.

Certains de ces adeptes sont prêts à payer cher pour mettre la main sur l'un de ces objets. Le sabre de Lucas Lepine coûte de 600 $ à 700 $. Il a de nombreuses options, entre autres, il change de couleurs et fait différents sons.

De l'argent bien dépensé croit Erik Baukman, qui a commandé le même aux États-Unis.

« Je me suis dit "qu'est-ce que je fais" en dépensant des centaines de dollars sur ça, mais aussi, je me suis dit que c'est quelque chose que j'ai toujours voulu avoir », explique l'adepte.

Pour ceux qui souhaite joindre leur club, vous êtes certainement les bienvenues, même avec des sabres moins coûteux.

D'après le reportage de Paul Légère

Acadie

Divertissement