•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peter DeBoer évoque sa rencontre avec Muhammad Ali

Peter DeBoer

Peter DeBoer

Photo : Getty Images / Justin K. Aller

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'entraîneur-chef des Sharks de San José Peter DeBoer avait 17 ans lorsqu'il a rencontré Muhammad Ali.

DeBoer a relaté sa rencontre avec le légendaire boxeur à l'aube du troisième match de la finale de la Coupe Stanley, qui avait lieu samedi soir au SAP Center.

Il se souvient de la rencontre comme si c'était hier, même si elle est survenue il y a 30 ans. Ali est décédé, vendredi, à l'âge de 74 ans.

Participant à son bal des finissants du secondaire au milieu des années 1980, DeBoer était dans l'entrée du Royal Connaught Hotel de Hamilton lorsqu'Ali et son entourage ont fait leur entrée.

Voyant l'occasion d'entrer en contact avec le boxeur, DeBoer s'est approché du groupe et a demandé s'il pouvait le rencontrer. On lui a dit de se présenter à la chambre d'Ali cinq minutes plus tard, ce qu'il a fait en compagnie de quelques amis.

« Il a sorti un Coran pour chacun d'entre nous, s'est rappelé l'entraîneur. Il ne tentait pas de nous convertir, il les a dédicacés et il nous a posé quelques questions sur ce que nous faisions. »

C'est une expérience qu'il n'oubliera jamais.

DeBoer a indiqué qu'il ne gardait que quelques articles sportifs dans son sous-sol. Il y a un bâton de Wayne Gretzky, une affiche de Bobby Orr, une affiche de Mike Weir au Tournoi des maîtres, ainsi que le Coran signé par Ali.

« C'était une expérience de vie incroyable pour moi, a-t-il déclaré. Je pense, considérant les circonstances et la manière dont cet homme a transcendé la boxe et le sport, que c'est une bonne histoire à raconter. »

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !