•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les évêques coupables de « négligence » envers les prêtres pédophiles seront révoqués

Le pape François (à droite) arrive avec des évêques pour les dernières discussions du synode, au Vatican, le 18 octobre 2014.

Le pape François (à droite) arrive avec des évêques pour les dernières discussions du synode, au Vatican, le 18 octobre 2014.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Medichini

Associated Press

Le pape François a abandonné, samedi, l'idée d'établir un tribunal pour juger les évêques n'ayant pas protégé leurs ouailles de prêtres pédophiles et plutôt promulgué un nouveau processus légal permettant de congédier les prélats trouvés coupables de négligence par le Vatican.

Avec cette nouvelle loi, le pontife a tenté de répondre aux demandes des victimes et de leurs défenseurs, qui exigent depuis longtemps que les évêques aient à rendre des comptes pour leur gestion négligente des agressions sexuelles commises par les membres du clergé.

Les victimes ont souvent accusé les évêques d'avoir couvert les agressions, déplaçant les coupables de paroisse en paroisse au lieu de les rapporter aux autorités.

Dans la loi, François reconnaît que le Code de droit canonique de l'Église catholique autorise déjà le congédiement des évêques pour des « raisons graves ». Le Saint-Père a toutefois précisé qu'il souhaitait mentionner explicitement que la négligence, surtout dans le traitement des cas d'agressions, faisait partie de ces motifs.

Les évêques doivent faire preuve d'une diligence particulière pour protéger les paroissiens les plus vulnérables, a écrit le pape dans la législation, appelée motu proprio.

Cette loi marque officiellement l'abandon d'une proposition approuvée par le pontife l'an dernier concernant la création d'un tribunal spécial au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi afin de traiter les affaires de négligence.

Le comité chargé de conseiller François relativement au scandale des agressions sexuelles de l'Église avait recommandé que la Congrégation juge les évêques négligents parce que cette dernière est déjà responsable de superviser les cas d'agressions impliquant des membres du clergé.

La proposition posait cependant une série de problèmes sur le plan légal et bureaucratique remettant en question l'autorité et le contrôle dont bénéficie la hiérarchie de l'Église. Le Saint-Père a donc décidé de simplifier la démarche et de confier aux quatre bureaux du Vatican déjà responsables de gérer les enjeux liés aux évêques la tâche d'enquêter sur les cas de négligence et de sanctionner les coupables.

Les groupes de victimes ont exprimé des doutes quant à l'efficacité de ces nouvelles procédures puisque les papes ont toujours eu le pouvoir de chasser les évêques négligents sans jamais vraiment y avoir recours.

« Un "processus" est efficace seulement s'il est utilisé assez souvent pour dissuader les gens de mal agir. Nous doutons que ce sera le cas avec celui-ci », a déclaré David Clohessy, un représentant de SNAP, le plus important regroupement de victimes de prêtres pédophiles aux États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

International