•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas besoin d'être nationaliste pour animer la fête nationale, dit Louis-José Houde

Louis-José Houde

Louis-José Houde

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quelques semaines avant d'animer pour une troisième année consécutive le Grand spectacle de la fête nationale à Montréal le 23 juin, Louis-José Houde discute de son amour pour le Québec.

Ce lien avec le Québec provient de loin, plus précisément de son enfance marquée par l'implication politique de ses parents. Louis-José Houde avait 3 ans lors du référendum de 1980, mais des traces de cette période demeurent gravées dans sa mémoire.

Plus tard, un Louis-José Houde jeune adulte a mis en marche sa carrière d'humoriste. Et que fait un humoriste pour atteindre son public? De multiples tournées dans la Belle Province.

« Cet amour-là, cet attachement-là provient, je pense, en grande partie de mes devoirs d'humoristes à sillonner les routes partout. Je me sens chez moi autant à Chicoutimi qu'à Montréal, autant en Beauce qu'en Abitibi. »

— Une citation de  Louis-José Houde

Une fête politique?

L'humoriste croit fermement que la fête nationale n'a rien de politique, qu'être nationaliste n'est pas un prérequis pour l'animer.

« Ce n'est pas une question de souveraineté. C'est sûr, il en est question indirectement ou directement des fois, mais ce qui est exprimé, ce soir-là, ce n'est pas ça. C'est le bonheur de vivre en français en Amérique du Nord. C'est ce que je fête surtout ce soir-là. »

— Une citation de  Louis-José Houde

Sans évacuer complètement les blagues sur l'actualité politique de ses numéros, Louis-José Houde préfère ne pas en insérer trop. De toute manière, son humour aborde peu ce sujet.

Il rappelle qu'il y en avait quelques-unes dans les deux derniers spectacles de la fête nationale, mais il préfère conserver un ton « positif » tout au long du spectacle : « Je ne veux pas tomber dans la critique [...]. On est dehors, c'est un show devant 75 000 personnes et je ne veux pas trop entrer dans l'éditorial, surtout pour une question de rythme. »

Louis-José Houde à l'animation du grand spectacle de la fête nationale à Montréal en juin 2014Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Louis-José Houde à l'animation du grand spectacle de la fête nationale à Montréal en juin 2014

Lorsqu'on lui demande si le nationalisme est un sujet tabou pour les humoristes, Louis-José Houde répond que non. Il respecte ses collègues humoristes qui se paient la tête des politiciens et se moquent de l'actualité politique, mais il rappelle que son style d'humour ne touche pas ces thèmes.

En constatant l'amour sincère de Louis-José Houde pour le Québec, on peut penser qu'il sera aux commandes du Grand spectacle de la fête nationale encore quelques années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !