•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de cours d’anglais pour les réfugiés syriens cet été à Toronto, faute d'argent

Cours d'anglais
Cours d'anglais Photo: iStockphoto
Radio-Canada

Les réfugiés syriens établis à Toronto ne pourront pas poursuivre leurs cours de langue cet été. Les classes sont suspendues en raison d'un manque de fonds fédéraux, dit l'organisme d'accueil des immigrants Costi.

Vancouver souffre aussi d'une pénurie de places, ont témoigné différents organismes devant un comité parlementaire à Ottawa, jeudi.

Ces agences racontent que les fonds supplémentaires octroyés par le gouvernement Trudeau pour atteindre son objectif d'accueillir 25 000 Syriens ne suffisent pas à offrir tous les services nécessaires.

Nos mains sont liées. C'est un compromis.

Mario Calla, directeur général de Costi

Le directeur général de l'organisme Costi explique que la solution de rechange aurait été de réduire de façon permanente le nombre de classes. À l'heure actuelle, 27 cours sont financés par Ottawa dans la région de Toronto.

Le financement fédéral dépend du nombre d'immigrants desservis l'année précédente et ne tenait donc pas compte cette année de l'arrivée massive des réfugiés syriens, qui se sont par ailleurs inscrits en grand nombre aux cours d'anglais, disent les organismes d'accueil.

Femmes défavorisées

Costi tente de trouver des places pour les réfugiés au sein de programmes de langue provinciaux, notamment, à Toronto, mais prévient que ça ne compensera pas la suspension des cours financés par Ottawa.

« Habituellement, ce sont les femmes qui sont défavorisées [avec les autres programmes], parce qu'il n'y a pas de service de garde », dit M. Calla.

À Vancouver, 800 nouveaux arrivants sont sur une liste d'attente, faute de place, raconte Karen Shortt du regroupement d'enseignants Vancouver Community College Faculty Association. Elle ajoute que 200 places ont été éliminées cette année, à cause d'une réduction du financement fédéral.

Toronto

Nouveaux arrivants