•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monument de la GRC à Moncton : « C'est la fin d'un chapitre », dit Nadine Larche

L'épouse du gendarme Larche, Nadine Larche.

Nadine Larche, épouse du gendarme Larche assassiné par Justin Bourque, réagit à la peine imposé à l'accusé.

Photo : Antoine Trépanier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'épouse d'un des trois gendarmes assassinés le 4 juin 2014 à Moncton appelle la communauté à se rassembler au monument de la GRC pour « prendre un moment silencieux et réfléchir aux événements et de penser que la GRC nous protège ».

Un texte de Antoine Trépanier TwitterCourriel

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada, Nadine Larche, l'épouse du gendarme Doug Larche, affirme que le monument qui sera dévoilé samedi ne sera pas la fin du deuil de sa famille.

« Le manque continue. Oui, c'est la fin d'un chapitre, on pourrait dire, mais pour nous, la perte va demeurer toujours », affirme-t-elle à quelques heures du dévoilement de l'oeuvre.

La cérémonie de dévoilement au Parc riverain de Moncton, près de la rivière Petitcodiac, aura lieu samedi, à 11 h (HA). Des dignitaires seront présents pour la révélation des trois statues de tailles réelles.

« Ce n'est pas juste à propos de nous autres, parce que la communauté a vécu un traumatisme le 4 juin et les jours d'après, et je pense que c'est une bonne place pour que les gens puissent aller et prendre un moment silencieux et réfléchir sur les événements et de penser que la GRC nous protège et qu'ils sont là pour nous », soutient Mme Larche.

Pour moi ça va être un moment pour réfléchir et juste prendre du temps pour apprécier ce qui a été fait et pour apprécier Doug.

Une citation de :Nadine Larche, épouse de Doug Larche
Une garde de sécurité surveille en tout temps l'abris qui cache l'oeuvre des trois gendarmes de la GRC jusqu'au dévoilement officiel.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une garde de sécurité surveille en tout temps l'abris qui cache l'oeuvre des trois gendarmes de la GRC jusqu'au dévoilement officiel.

Photo : ICI Radio-Canada/Michèle Brideau

Pour la ville de Moncton, il s'agit là aussi d'une étape vers la guérison. La tragédie a marqué la ville, mais comme le disait le maire de Moncton lors de ces événements, George LeBlanc, cela ne définit pas la ville.

« On n'est pas nécessairement passé à autre chose, on progresse. Mais on se souvient », affirme la directrice des communications à la Ville de Moncton, Isabelle LeBlanc.

Cela fait près de deux ans que la municipalité veut commémorer les trois gendarmes assassinés par Justin Bourque. Les statues visent à les garder dans la mémoire collective.

La pression était donc forte pour Morgan MacDonald, l'artiste qui a conçu le monument. M. MacDonald a mis un an pour compléter l'oeuvre. Ce dernier met généralement un an pour une seule sculpture.

L'artiste Morgan MacDonaldAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'artiste Morgan MacDonald

Photo : ICI Radio-Canada/Michèle Brideau

« C'était sept jours par semaine, 12 heures par jour. Ç'a commencé l'année dernière. C'est la seule chose sur laquelle j'ai concentré tout mon travail. C'était difficile, mais c'était tellement important de les avoir ici pour le 4 juin », explique l'artiste.

D'ailleurs, Mme Larche a été consultée tout au long du processus de création. Elle a même visité l'artiste à Saint-Jean, à Terre-Neuve, avec sa mère et ses trois filles. Elles ont ainsi apporté leur touche personnelle à la statue de M. Larche en apposant les empreintes de ses espadrilles, des représentations de médailles de course, des souliers de ballet pour chacune de ses filles à la base du monument.

« Je suis très contente du travail de Morgan. Il est un excellent artiste et c'était très plaisant de travailler avec lui. Je veux être certaine que les gens reconnaissent son travail », a déclaré Mme Larche.

Avec des informations de Michèle Brideau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie