•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Second souffle pour le parc Heather-Crowe

La première plaque de bronze avait été volée.

La première plaque de bronze avait été volée.

Photo : ICI RADIO-CANADA/Stéphane Leclerc

Radio-Canada

Le parc Heather-Crowe, construit dans l'ouest d'Ottawa à la mémoire d'une militante antitabac morte d'un cancer du poumon sans avoir fumé une seule cigarette, a été inauguré une deuxième fois mardi.

C'est que la large plaque de bronze qui racontait l'histoire de cette simple serveuse devenue l'emblème national de la lutte contre le tabac dans les lieux publics a été volée en septembre dernier.

Au grand dam de plusieurs citoyens furieux dit le conseiller du quartier Jeff Leiper.

« Quand ç'a été volé, j'ai reçu à peu près 20 messages immédiatement. On demandait un remplacement », relate-t-il.

Heather Crowe est morte d'un cancer du poumon sans jamais avoir fumé de cigarette de sa vie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Heather Crowe est morte d'un cancer du poumon sans jamais avoir fumé de cigarette de sa vie.

Photo : RYAN REMIORZ

Heather Crowe travaillait dans un restaurant familial du quartier, non loin du parc nommé en son honneur.

Son ancien patron tenait à être présent pour souligner l'évènement.

Moe Atallah décrit Heather Crowe comme une femme d'une générosité incroyable.

Elle voulait s'assurer qu'aucun autre employé, patron, client ou citoyen ne souffre comme elle, qui n'avait pourtant jamais fumé.

Moe Atallah, ancien patron d'Heather Crowe

Les campagnes d'Heather Crowe, d'un bout à l'autre du pays, ont certainement contribué à l'adoption de la loi provinciale antitabac en Ontario, il y a 10 ans exactement.

Une loi qui est toutefois arrivée bien après le règlement municipal d'Ottawa adopté il y a plus de 15 ans souligne David Bard de Santé publique Ottawa (SPO).

« La Ville d'Ottawa a toujours été un pionnier lorsqu'il est question de la règlementation sans fumée », estime-t-il.

Un règlement et une loi qui sont arrivés trop tard pour Heather Crowe, mais juste à temps probablement pour en sauver plusieurs autres.

D'après le reportage du journaliste Stéphane Leclerc

Ottawa-Gatineau

Société