•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les noms de famille composés en voie de disparition

Un baptême à l'église Sainte-Madeleine-d'Outremont

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Mis à jour le 

Après avoir été très populaires pendant plus d'une dizaine d'années, les noms de famille composés disparaissent au Québec. Aujourd'hui, moins de 10 % des parents le choisissent encore. Le féminisme a-t-il perdu une bataille?

D'après un reportage de Solveig MillerCourriel à Remue-ménage

Au début des années 1980, la loi a permis aux femmes de donner leur nom de famille à leurs enfants. Cette tendance a connu son apogée en 1992, où 22 % des enfants ont hérité du double nom.

Depuis, la tendance est en chute libre. Le double nom, considéré comme l'un des gains de la lutte féministe pour l'égalité, cède la place au retour de la tradition.

« Peut-être que le féminisme prend d'autres tournures, il y a encore du chemin à faire, mais on se sent plus égalitaire », avance Émilie Bossé, rencontrée lors du baptême de sa fille, à l'église Sainte-Madeleine d'Outremont, à Montréal. 

À la naissance d'Émilie, ses parents ont songé à l'idée de le lui donner leurs deux noms de famille, Paquet et Bossé, puis ont changé d'avis.

Émilie Bossé, lors du baptême de sa fille, à l'église Sainte-Madeleine-d'OutremontAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Émilie Bossé, lors du baptême de sa fille, à l'église Sainte-Madeleine-d'Outremont

Photo : Radio-Canada

Le combat pour l'égalité

Si des jeunes femmes se sentent maintenant dans une société plus égalitaire, c'est que des féministes avant elles se sont battues. Jusqu'en 1964, la femme mariée n'avait même pas le droit d'ouvrir un compte de banque ni de signer un bail.

Puis, dans le Code civil, la notion de puissance paternelle a été remplacée par celle, plus égalitaire, d'autorité parentale. L'un des gains les plus importants est celui sur le patrimoine familial; le législateur impose le partage équitable en cas de divorce. En 1981, avec la réforme du droit de la famille, le nom de famille composé est devenu légal.

Le nom composé est un reflet de ce principe égalitaire, explique Me Alain Roy, spécialisé en droit de la famille. « Les deux parents devenaient titulaires de l'autorité parentale à part entière de manière égalitaire. Bien c'est normal que l'enfant porte dans son nom une marque d'identité provenant à la fois du père et de la mère », dit-il.

Si beaucoup portent le double nom avec fierté, ils sont aussi nombreux à le trouver fort lourd à porter.

« C'est juste compliqué parce qu'à la banque c'est Alexandra Rochon-Fabien, avec mon téléphone cellulaire c'est Alexandra Rochon. J'ai tout le temps des problèmes parce que je n'ai pas été constante dans le nom que je donnais chaque fois », explique Alexandra Rochon-Fabien, qui est la marraine de la petite Romane, fille d'Émilie Bossé.

« Autant je me suis plainte d'avoir les deux noms toute ma vie, maintenant ma fille c'est seulement Piché, ça m'énerve ça », ajoute-t-elle néanmoins.

Fascinante généalogie

Les doubles noms ont existé depuis le début de la colonie. À l'époque, il s'agissait de surnoms accolés au patronyme, par exemple Poirier dit Lafleur. Cela aidait à distinguer les nombreuses familles qui avaient le même nom. Mais à la fin du 19e siècle, l'État, pour des raisons pratiques, a demandé de choisir un seul nom légal.

« En 1881, on s'est dit c'est Brien ou Desrochers, on n'en veut plus de noms doubles, mais il y en a qui ont quand même subsisté, comme des Miville-Dechêne, des Beaugrand-Champagne des Gérin-Lajoie », explique Marcel Fournier, conseiller pour l'émission de télévision Qui êtes-vous? à Radio-Canada, qui remonte l'arbre généalogique de nos vedettes.

Le registre des noms existe depuis 1621, du temps de la Nouvelle-France. Et il y a encore 3500 patronymes de cette époque au Québec.

Aujourd'hui, la loi prévoit qu'un enfant ne peut porter que deux noms de famille. Les parents aux doubles noms ont des choix parfois difficiles, car ils doivent abandonner un ou plusieurs noms... et choisir le patronyme qu'ils laisseront en héritage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société