•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Brashear condamné à payer 9200 $

Donald Brashear au palais de justice de Québec en février 2016.

Donald Brashear au palais de justice de Québec en février 2016.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Le hockeyeur Donald Brashear est condamné à payer 9280 $ à un adversaire qui lui réclamait 357 000 $ pour un coup de poing asséné à la fin d'un match.

En mars 2011, Éric Labelle a reçu un violent coup de poing à la figure de l'ancien homme fort du Canadien de Montréal après un match de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH). L'incident s'était produit dans le stationnement de l'aréna de Rivière-du-Loup.

Éric Labelle a subi une légère commotion cérébrale à la suite des événements. Brashear a été reconnu coupable de voies de fait pour ces gestes.

La victime, qui évoluait au sein de l'équipe de Trois-Rivières, a déposé une poursuite au civil pour perte de salaire, dommages corporels et dommages punitifs. Celui qui occupait un poste de constable au Sénat soutenait avoir été incapable de reprendre ses fonctions et de poursuivre sa carrière de hockey professionnel en raison des séquelles de l'incident.

Dans son jugement, la juge Catherine La Rosa invoque le comportement provocateur d'Éric Labelle. « Labelle, en posant ses mains sur le capot du véhicule, en faisant claquer le rétroviseur avec vacarme et en s'approchant de Brashear en l'invectivant de paroles sur un ton menaçant, a adopté un comportement provocateur », note-t-elle.

Dommages punitifs écartés

De plus, elle estime « qu'il n'y a pas de lien logique, direct et immédiat entre le coup de poing reçu et une grande partie des dommages allégués » par le hockeyeur, qui est aussi reconnu pour être un batailleur. Son dossier médical ne faisait pas état de syndrome postcommotionnel.

Elle conclut également que le coup de poing ne découle pas d'un geste spontané et intentionnel. Il n'y a donc pas lieu d'octroyer des dommages punitifs.

La juge évalue tout de même à quelque 9200 $ les dommages non pécuniaires et pécuniaires à verser à Éric Labelle. La poursuite au civil a été entendue l'hiver dernier au palais de justice de Québec.

Lors d'un procès au criminel en 2012, Donald Brashear a été déclaré coupable de voies de fait simples pour ce geste. Il a été condamné à une probation de 18 mois en plus de devoir faire un don de 6000 $ à une maison de soins palliatifs.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Mauricie et Centre du Québec

Justice et faits divers