•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conservateurs ne s'opposent plus au mariage entre conjoints de même sexe

Les plus de 400 militants conservateurs ont décidé d'adopter une résolution qui modernise la définition du mariage inscrite au programme du parti.

Photo : ICI Radio-Canada

La Presse canadienne

Le Parti conservateur a rayé un article de son programme qui s'opposait au mariage entre conjoints de même sexe, samedi, à la suite d'un débat animé sur le sujet - une preuve, selon certains, que le parti est en train de se renouveler en vue de la prochaine élection fédérale.

La motion qui élimine de la constitution du parti la définition du mariage comme étant entre une femme et un homme a reçu l'appui de 1036 délégués, contre 462 au congrès, samedi après-midi.

De voir ces résultats arriver, de voir que le parti était massivement en accord à ce que deux adultes consentants puissent avoir le droit de se marier est incroyable.

Joseph Heap, l'un des parrains de la résolution.

Des associations de circonscriptions en Alberta et en Ontario s'étaient unies pour proposer le changement, affirmant que la formulation était dépassée et que cela ne correspondait plus à l'opinion du grand public canadien.

Le vote a suscité un débat de deux jours et demi au congrès du Parti conservateur du Canada, qui se déroule en fin de semaine à Vancouver.

Le Parti conservateur est une formation « ouverte » pouvant surmonter toute division possiblement créée par un vote sur l'abrogation d'un article de son programme concernant le mariage gai, ont assuré des députés conservateurs, samedi.

Un délégué conservateur célèbre après avoir gagné un vote préliminaire pour modifier la politique du parti sur le mariage gai.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un délégué conservateur célèbre après avoir gagné un vote préliminaire pour modifier la politique du parti sur le mariage gai.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward/La Presse canadienne

Une décision qui ne fait pas l'unanimité

Or, d'autres s'étaient dits contre l'idée, car l'opposition au mariage gai était une valeur importante pour eux et ils croyaient donc que cet article devait demeurer dans le programme du parti.

Cette position n'était pas celle du député et candidat à la direction du parti, Maxime Bernier, qui a plaidé en faveur de la motion. « C'est une question de liberté et de respect. C'est une question de dire aux Canadiens qu'ils peuvent aimer qui ils veulent », a-t-il souligné.

Le député du Manitoba Ted Falk considère toutefois que cette résolution n'est pas cohérente avec les principes conservateurs de la foi, de la famille, et de la communauté. « Cette motion est une attaque à nos valeurs et nos principes », a-t-il pesté.

D'autres conservateurs estiment que cette motion pourrait éloigner les conservateurs sociaux, mais le député Erin O'Toole ne pense pas que ce sera le cas. « Nous sommes un parti ouvert, a-t-il indiqué. Je ne pense pas que les Canadiens s'attendent à ce que leur parti politique adhère à 100 % de leurs valeurs ».

Selon la motion, les organisations religieuses pourront toutefois refuser de célébrer de telles unions si elles jugent que celles-ci entrent en contradiction avec leurs croyances et leur foi.

« L'aspect le plus important que nous devons nous rappeler, c'est que nous ne redéfinissons pas le mariage. Nous retirons simplement une définition qui est désuète et dépassée », a expliqué Natalie Pon, la marraine de la résolution.

La nécessité pour le parti d'afficher un front uni en prévision du scrutin de 2019 a été l'un des thèmes majeurs du congrès, mais cette unité a commencé à montrer des signes de faiblesse, vendredi, durant les échanges houleux concernant le retrait d'un passage du programme de la formation définissant le mariage comme étant l'union entre une femme et un homme.

C'était une démonstration du mûrissement de notre parti.

L'ex-ministre conservateur, Peter MacKay

Les délégués conservateurs se sont déjà prononcés sur d'autres changements à la constitution de leur parti, dont l'un qui ajouterait « [la] croyance en la valeur et la dignité de toute vie humaine » à l'énoncé de principes de la formation. L'un des délégués a fait valoir que cet ajout était plus ou moins une façon déguisée pour le parti de prendre position contre le suicide assisté et l'avortement, ce qui n'a pas empêché la résolution d'être adoptée par une grande majorité.

La prochaine rencontre qui réunira autant de membres conservateurs se tiendra en mai 2017, lorsque le parti élira son nouveau chef.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Politique fédérale