•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des experts sonnent l'alarme quant au virus Zika à Rio

Le Santé publique en Nouvelle-Écosse recommande  à ceux qui voyagent dans des zones à risque de se prémunir contre les piqûres de moustiques.

Le Santé publique en Nouvelle-Écosse recommande à ceux qui voyagent dans des zones à risque de se prémunir contre les piqûres de moustiques.

Photo : Ici Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus de 150 experts du milieu médical invitent l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à examiner la pertinence de reporter la date des Jeux olympiques ou de les tenir ailleurs qu'à Rio, en raison de la propagation du virus Zika.

Ils joignent ainsi leur voix aux craintes préalablement formulées par divers spécialistes et athlètes qui participeront aux Olympiques en août.

Les experts ont fait parvenir une lettre à l'agence de santé des Nations unies, plaidant qu'il s'agissait d'une question de santé publique.

Les dangers qu'un visiteur propage le virus Zika dans son pays d'origine une fois les Jeux terminés sont trop importants, selon un des auteurs de cette lettre, Amir Attaran, professeur à l'Université d'Ottawa. Ce dernier a publié un texte à ce sujet en mai dernier dans le Harvard Public Health Review.

La lettre ouverte envoyée par les 150 experts citait les évidences scientifiques montrant que le virus est à l'origine de certaines malformations à la naissance. L'exemple le plus récurrent est celui des bébés nés avec de très petites têtes.

Toujours selon les chercheurs, chez l'adulte, le virus Zika peut créer des problèmes neurologiques, mais la plupart des gens infectés souffrent simplement de fièvres ou de douleurs musculaires.

Malgré les efforts pour réduire les risques d'infection, le taux de personnes atteintes par le virus Zika a augmenté à Rio, ont noté les auteurs de la lettre. En février dernier, l'OMS a déclaré que l'épidémie était une urgence mondiale.

Le nombre de moustiques transmettant le virus sera minime en août, selon l'agence, puisque le Brésil sera à ce moment dans sa période hivernale.

Parmi les signataires de la lettre envoyée à l'OMS, on retrouve des experts de plus de 24 pays dans des domaines comme la santé publique, la bioéthique et la pédiatrie.

Concernée par la situation, l'équipe de natation américaine a déplacé son camp d'entraînement préolympique de Porto Rico à Atlanta. Le baseball majeur a aussi annulé une série de matchs qui devait avoir lieu sur l'île située dans la mer des Caraïbes.

Jamais les Jeux olympiques n'ont été déménagés de leur pays hôte à cause de craintes liées à la santé publique. En 2003, la FIFA avait toutefois déplacé sa Coupe du monde féminine de la Chine aux États-Unis en raison du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).

En route vers les Jeux olympiques : Pour suivre l'actualité olympique

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !