•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de fonds pour la promotion du tourisme au N.-B.

Hôtel Algonquin

L'hôtel Algonquin (archives)

Photo : Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick rejette la demande de l'Association de l'industrie touristique de créer un fonds de promotion du tourisme.

Ce fonds aurait été financé par l'entremise d'une taxe de 3 % ajoutée aux factures d'hébergement dans les établissements de la province.

L'argent amassé aurait servi à la promotion du tourisme partout dans la province. Un des éléments qui aurait fait refroidit la province, c'est le fait qu'à compter du 1er juillet, les consommateurs devront faire face à une augmentation de 2 % de la taxe de vente harmonisée (TVH).

L'Association de l'industrie touristique du Nouveau-Brunswick est déçue de la décision de Fredericton, elle qui travaille sur ce projet depuis quelques années déjà.

Le directeur général de l'association, Ronald Drisdelle, affirme que son organisation analysera la décision de la province pour voir quelles sont les options qui se présentent à elle.

Pour sa part, l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick se réjouit de la décision du ministre du Tourisme, Bill Fraser.

L'association ne voyait pas d'un bon oeil qu'une taxe prélevée soit gérée par le secteur privé. L'AFMNB craignait aussi que le nord de la province soit défavorisé au profit des plus grands centres qui se trouvent dans le sud de la province.

« On aurait créé une disproportion considérable entre la capacité de générer des revenus de certaines régions versus d'autres, donc on n'aurait pas été en mesure de jouer sur un terrain égal pour développer notre industrie touristique et attirer des gens chez nous », explique le directeur général de l'AFMNB, Frédérick Dion.

L'organisme n'est pas contre l'établissement d'une taxe pour la promotion du tourisme, mais estime que le modèle proposé n'était pas le bon et que les municipalités doivent jouer un plus grand rôle, dans la gestion du fonds en question.

D'après le reportage de François Vigneault

Acadie

Économie