•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agressions sexuelles : le nombre d'enquêtes bondit dans les Forces canadiennes

Le général Tom Lawson (troisième à partir de la gauche), en conférence de presse, le 30 avril, en compagnie de la major générale Christine Whitecross (première à gauche) et de la juge à la retraite Marie Deschamps (à droite)

Le général Tom Lawson (troisième à partir de la gauche), en conférence de presse, le 30 avril, en compagnie de la major générale Christine Whitecross (première à gauche) et de la juge à la retraite Marie Deschamps (à droite)

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le nombre d'enquêtes pour agression sexuelle et inconduite sexuelle dans les Forces canadiennes a augmenté de 35 % en 2015 comparativement à l'année précédente.

Un texte de Sabrina FabianTwitterCourriel

Selon des chiffres obtenus par CBC, 17 plaintes sur 135 sont passées par le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle établi l'an dernier par la Défense nationale et directement lié au rapport de Marie Dechamps, ancienne juge à la Cour suprême du Canada, qui indiquait que l'inconduite sexuelle était un problème grave et réel dans les Forces canadiennes.

Le chef d'état-major de la Défense nationale, Jonathan Vance, n'est pas surpris par cette hausse. Il l'attribue à la sensibilisation des militaires à ce sujet et à la confiance inspirée par le système.

Michel Drapeau, colonel à la retraite et avocat, n'est pas d'accord avec cette analyse. Il conclut que l'armée n'a mis en place aucune mesure substantielle pour réduire le nombre de cas d'inconduite sexuelle.

M. Drapeau affirme que le Centre d'intervention n'est pas indépendant, contrairement à ce qui avait été recommandé. Il suggère que ce soit une force policière indépendante qui s'occupe de ces cas.

Il ajoute que les militaires s'inquiètent souvent des conséquences sur leur carrière en cas de dénonciation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie