•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Inondations de terres autochtones : victoire historique pour les Atikamekw d'Obedjiwan

Réservoir Gouin, Obedjiwan

Photo : Marie-Ève Cousineau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Atikamekw d'Obedjiwan, en Haute-Mauricie, ont obtenu gain de cause dans leur poursuite contre le gouvernement fédéral au sujet de l'inondation de leurs terres lors de la mise en eau du réservoir Gouin en 1918.

Le juge du Tribunal des revendications particulières statue que le gouvernement n'a pas veillé à l'intérêt fondamental des Autochtones dans ce dossier.

Le chef du conseil de bande d'Obedjiwan, Christian Awashish, est ravi du jugement. « Comme tous les membres de la communauté, on a été très heureux des décisions rendues sur les quatre requêtes qui avaient été présentées devant le tribunal », dit-il.

C'est un sentiment de fierté, de justice rendue.

Une citation de :Christian Awashish, chef du conseil de bande d'Obedjiwan

Les Atikamekw ont soutenu qu'Ottawa a trop attendu avant de créer la réserve d'Obedjiwan et que sa superficie n'était pas assez grande.

Une salle du Conseil des Atikamekw accueille le Tribunal des revendications particulièresAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une salle du Conseil des Attikameks accueille le Tribunal des revendications particulières

Au cours du procès qui a débuté en 2013, des aînés ont témoigné à propos des ravages causés par l'inondation de leurs terres, comme la destruction de maisons, de meubles et de camps de chasse. Le tribunal indépendant a aussi reconnu la légitimité de cette revendication.

Le Tribunal des revendications particulières a été créé pour trancher les litiges entre Ottawa et les Premières Nations. Ce jugement est la première décision du tribunal favorable à l'endroit d'Autochtones du Québec.

Des millions de dollars en dédommagement

Le gouvernement fédéral a trente jours pour faire appel de la décision, sans quoi il devra verser des compensations aux Atikamekw d'Obedjiwan. Le montant qu'Ottawa devra verser pourrait être décidé à travers des négociations entre les deux parties ou être tranché en cour.

Une des avocates de la communauté autochtone, Me Marie-Ève Dumont, affirme que la valeur des dommages et des pertes encourues n'a pas été déterminée.

« Chose certaine toutefois, les Atikamekw ne peuvent pas demander, pour chaque dossier, plus de 150 millions de dollars parce que c'est la limite de la compétence du tribunal en ce qui a trait aux compensations qu'il peut octroyer », explique-t-elle.

Comme les Atikamekw ont présenté 4 revendications, ils pourraient réclamer jusqu'à 600 millions de dollars.

Les revendications des Atikamekw d'Obedjiwan

  1. pertes encourues par l'inondation
  2. délai dans la création de la réserve
  3. superficie de la réserve
  4. rehaussement du barrage qui a entraîné d'autres inondations

Avec les informations de Maude Montembeault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !