•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une révolution nommée « chaîne de blocs » (2/2) : le contrat intelligent

Transaction en ligne
Transaction en ligne Photo: iStock / Gajus
Martin Lessard

Les regards sont tournés vers la finance, mais la chaîne de blocs compte bouleverser beaucoup d'autres domaines aussi. Des contrats entre inconnus aux micropaiements entre objets connectés, une révolution semble s'annoncer pour tous les types d'échange.

On a vu dans le précédent billet que la chaîne de blocs (blockchain en anglais) est un grand livre comptable où sont enregistrées automatiquement toutes les transactions de bitcoins du monde entier depuis l'apparition du tout premier bitcoin. Mais elle peut être aussi utilisée pour autre chose que des transactions de bitcoins.

Si on lui greffe un langage de programmation, il est alors possible d'effectuer des opérations logiques et d'exécuter des tâches automatiquement si certaines conditions contractuelles sont remplies. C'est la promesse du contrat intelligent. La chaîne de blocs peut valider n'importe quelle sorte d'échange.

L'ancêtre des contrats intelligents, c'est la distributrice à boisson gazeuse : vous entrez votre monnaie et vous avez votre bouteille.

Donnons l'exemple de la signature des papiers de vente d'une maison. Un contrat intelligent validerait que l'argent a bel et bien été transféré avant de transmettre les titres de propriété à l'acheteur. C'est la chaîne de blocs qui conserverait les traces de propriété, traces que le notaire possède et garantit en ce moment.

Si l'acheteur voulait un jour revendre sa maison à une autre personne, c'est la chaîne de blocs qui prouverait qu'il a les titres pour la vendre.

Tout contrat, tout acte notarié, tout échange transactionnel pourraient faire l'objet d'un contrat intelligent.

Donnons un autre exemple avec l'industrie de la musique. Même une fois la musique dématérialisée, la plus grande part de la valeur est détournée par des intermédiaires, comme les maisons de disques et les distributeurs. Avec un système ayant pour base la chaîne de blocs, il est pensable de rémunérer à chaque utilisation directement les ayants droit, ici les artistes, selon la licence utilisée et validée par le contrat intelligent.

La promesse des contrats intelligents touchent bien d'autres domaines.

Des contrats entre objets connectés

La chaîne de blocs peut aussi devenir le grand livre comptable de l'internet des objets.

Avec la montée des objets connectés dans nos vies, ces objets ne vont pas juste communiquer avec nous et entre eux, ils feront aussi des transactions. On appelle ces objets des agents autonomes, car ils possèdent les autorisations nécessaires pour effectuer des transactions en notre nom. Un peu comme lorsqu'on automatise des virements entre comptes sur le site d'une banque.

La chaîne de blocs pourrait jouer un très grand rôle dans l'internet des objets pour ouvrir la voie aux microtransactions.

Prenons l'exemple du projet de réseau d'énergie verte hyperlocal MicroGrid Brooklyn, qui a lieu en ce moment à Brooklyn (New York).

La chaîne de blocs est utilisée pour faire fonctionner un réseau pair-à-pair d'échange énergétique sans passer par le réseau électrique de l'État. Des panneaux solaires sur les toits des participants génèrent de l'électricité qui est ensuite achetée et vendue entre les membres de la communauté.

Ce qui marche pour les panneaux solaires marche aussi pour le wi-fi ou des places de stationnement. Des capteurs peuvent calculer la bande passante ou le temps passé sur le stationnement pour ensuite le facturer aux utilisateurs.

AirBnb, le service de partage de logement à court terme, vient d'acquérir une firme spécialisée dans les chaînes de blocs. La perspective d'automatiser les transactions et de faire baisser les frais pour les micropaiements pourrait ouvrir tout un pan du partage pair-à-pair.

Le service postal des États-Unis explore aussi la façon dont la chaîne de blocs peut simplifier la logistique de distribution de courrier et vérifier l'identité des personnes.

Les promesses de la chaîne de blocs semblent donc nous ouvrir un nouvel espace économique, celui où des milliards et des milliards de transactions par jour, petites et grosses, pourraient être effectuées par le réseau, à un coût presque nul et quasi instantanément.

Si le web a réussi à libérer l'information pour qu'elle circule librement, on est en droit de se dire que la chaîne de blocs est peut-être sur le point de faire la même chose pour les transactions.

À lire sur Triplex, le blogue techno de Radio-Canada

Finance et assurances

Techno