•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Clinton épinglée pour avoir utilisé un service de messagerie privé

Hillary Clinton a profité d'un rassemblement politique à l'Université de la California mardi pour prendre des égoportraits avec certains de ses partisans.

Photo : La Presse canadienne / AP/John Locher

Reuters

Hillary Clinton, candidate à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de novembre, a enfreint certaines règles officielles en utilisant un serveur privé de messagerie électronique alors qu'elle était secrétaire d'État de Barack Obama entre 2009 et 2013, conclut un rapport d'enquête fédéral publié mercredi.

L'utilisation pour des tâches officielles de ce serveur privé installé dans sa propriété de Chappaqua, dans l'État de New York, a déjà donné lieu à plusieurs enquêtes, dont une encore en cours du FBI, et la controverse pollue sa campagne depuis plusieurs mois.

Dans son rapport, l'inspection générale du département d'État évoque des « faiblesses durables et systématiques » avant la nomination d'Hillary Clinton et des problèmes en matière de conservation des courriers électroniques de certains de ses prédécesseurs, mais elle souligne que la décision d'Hillary Clinton d'utiliser un serveur de messagerie privé pour des tâches officielles a été prise apparemment sans l'autorisation des responsables de la sécurité du département d'État.

Les responsables de la sécurité interrogés, ajoute le rapport, ont déclaré qu'ils n'auraient pas approuvé cette démarche, contraire selon eux aux règlements en vigueur au sein du département d'État et qui présentait des « risques en matière de sécurité ».

Lorsque deux membres subalternes des services informatiques du département d'État ont exprimé des inquiétudes, fin 2010, au sujet des dispositions prises par Hillary Clinton, leurs supérieurs leur ont ordonné « de ne plus jamais parler » de sa messagerie personnelle et ont en outre affirmé que les services juridiques avaient donné leur aval, ce qui s'est révélé faux, expliquent-ils.

« Contrairement aux fausses théories avancées depuis un certain temps, le rapport indique que l'usage de sa messagerie personnelle était connu des responsables du département d'État pendant son mandat et qu'il n'y a aucun signe d'intrusion dans le serveur de la secrétaire », a estimé Brian Fallon, porte-parole d'Hillary Clinton.

Pour Reince Priebus, président du Parti républicain, les conclusions du rapport « sont juste un nouveau chapitre dans la longue saga des erreurs de jugement d'Hillary Clinton qui ont enfreint les règles fédérales et mis la sécurité nationale en péril ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International