•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La taxe carbone sera appliquée dès janvier 2017 en Alberta

Une pompe à essence

Photo : Radio-Canada/Raphaël Bouvier Auclair

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement néo-démocrate a déposé mardi son projet de loi sur les changements climatiques, avec une taxe sur le carbone devant être mise en application dès janvier. 

Cette taxe fera augmenter le prix du gaz à la pompe et le prix du chauffage au charbon et au gaz naturel dès le 1er janvier 2017. Les ménages paieront entre 70 $ et 105 $ de plus en coûts indirects chaque année. Pour contrebalancer cette augmentation, le projet de loi 20 inclut un remboursement pour 66 % des Albertains et une baisse des impôts pour les petites entreprises, afin de les aider à s'ajuster à la taxe carbone.

Shannon Phillips, la ministre albertaine de l'Environnement, pense que cette taxe peut convaincre les Albertains de réduire leurs émissions de gaz à effets de serre. « L'évidence nous montre que nous allons abaisser nos émissions de cette façon-là », assure-t-elle. 

La province prévoit dépenser 865 millions de dollars pour mettre en pratique ce projet de loi. Selon le gouvernement, cette taxe va générer 9,6 milliards de dollars en 5 ans. Les sommes récoltées permettront d'investir dans le secteur des énergies renouvelables ainsi que dans les programmes visant à aider les Albertains à réduire leur consommation énergétique, d'après la province.

Les autres fonds qui vont être générés par ce projet de loi vont être investis en Alberta pour l'efficacité, l'innovation technologique et les infrastructures vertes.

Une citation de :Shannon Phillips, ministre de l'Environnement

Pour ce projet de loi, la province reçoit l'appui de l'agence Energy Efficiency Alberta, qui fournit des programmes et de l'information aux Albertains sur leur consommation énergétique.

Des réactions mitigées 

Le chef du Parti albertain, Greg Clark, dit soutenir la lutte contre les changements climatiques, mais juge qu'il n'y a pas encore assez de points de comparaison permettant d'estimer la réussite de la taxe carbone. Selon lui, le budget alloué par le gouvernement à ce projet de loi pourrait demeurer plus élevé que les gains qui suivront. 

De son côté, le Wildrose, le parti d'opposition officiel, a estimé que la taxe carbone coûtera en moyenne 1000 $ à un ménage albertain, en coûts directs et indirects. Selon Brian Jean, le chef du Wildrose, ce projet de loi risque de rendre l'Alberta moins compétitive et d'être néfaste pour les familles. 

Le maire d'Edmonton, Don Iveson, a pour sa part déclaré que cette initiative donne l'occasion à la province de travailler de concert avec les municipalités pour lutter contre les changements climatiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !