•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des jeunes de Norway House présentent leur chant de réconciliation

Des jeunes de Norway House ont composé la chanson The Voices I Gained sur les pensionnats autochtones, dans le cadre du projet du Centre national des Arts.

Des jeunes de Norway House ont composé la chanson The Voices I Gained sur les pensionnats autochtones, dans le cadre du projet du Centre national des Arts.

Photo : YouTube/CNA

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des élèves de la communauté de Norway House, située à 800 km au nord de Winnipeg, interpréteront un chant de réconciliation au Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) mardi midi.

Dans le cadre d'un projet du Centre national des Arts (Nouvelle fenêtre) (CNA), des jeunes de cette Première Nation crie ont composé une chanson originale au sujet des pensionnats autochtones.

The Voices I Gained (Les voix que j'ai retrouvées) est inspiré du poème de l'aînée micmaque Rita Joe, C.M., I Lost My Talk (J'ai perdu ma voix), dans lequel elle exprime la douleur de son expérience dans un pensionnat indien.

The Voices I Gained est composée et interprétée par Jenna Balfour, Michelle Chubb, Vivian Queskekapow, Kendra Simpson, Juliet Simpson-Hart, Dwayne Williams et Madison Winters, de Norway House.

Le titre choisi par les compositeurs et interprètes fait référence aux langues autochtones. « Les pensionnats interdisaient aux jeunes de parler leur propre langue : alors ils perdaient leur voix. De nos jours, on commence lentement à retrouver cette voix, ces langues », explique Ryan D'Aoust, le professeur de musique du groupe de Norway House.

Vidéo de la chanson The Voices I Gained publiée dans le cadre du projet national de chanson inspirée de Rita Joe

Plusieurs jeunes du projet musical ont d'ailleurs des membres de leur famille qui ont connu les pensionnats. Dans le cas de Michelle Chubb, il s'agit de sa grand-mère. « Lorsque je lui ai présenté la chanson et elle était en larme », dit-elle.

« C'est super, ajoute-t-elle à propos du projet, je ne pensais pas que ça irait aussi loin et qu'on se produirait en public. »

« C'est important, enchaîne son camarade Dwayne Williams. Peut-être qu'on n'a pas l'expérience pour le ressentir autant que les autres, mais c'est important, et je suis content et fier. »

Un vidéoclip professionnel des jeunes de Norway House interprétant leur chanson a déjà été présenté en janvier au CNA à Ottawa. L'activité de mardi au MCDP marque la première présentation publique des élèves hors de leur communauté. Pour l'occasion ils seront dirigés par le directeur musical de l'Orchestre du CNA, Alexander Shelley.

Ouvrir la porte de la créativité

En plus de Norway House, des élèves de Maniwaki (Québec), Edmonton (Alberta), Iqaluit (Nunavut) et Eskasoni (Nouvelle-Écosse) ont également participé au projet. Des artistes ont été invités à leur donner des ateliers d'écriture.

Cette initiative s'inscrit plus largement dans le programme d'éducation musicale Vive la musique du CNA offert en collaboration avec des organismes locaux et destiné surtout aux communautés rurales et éloignées. Au Manitoba, la Division scolaire Frontier s'est associée au projet.

« Les adolescents ont tellement de créativité, tellement à nous offrir, et pas souvent l'occasion de le faire », dit Geneviève Cimon, directrice du programme d'éducation au CNA.

Le professeur Ryan D'Aoust croit que bien souvent, la musique peut jouer un rôle de sensibilisation. « On entend souvent des discours ou des conférences par rapport au système des pensionnats autochtones, mais je crois que si c'est à travers la musique, on peut attirer un peu plus l'attention », dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !