•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pikangikum : campagne pour prévenir les incendies dans les communautés autochtones

La résidence a complètement été détruite à Pikangikum.

La résidence a complètement été détruite à Pikangikum.

Photo : Kyle Peters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Première Nation Nishnawbe Aski veut installer des détecteurs de fumée dans chaque maison de 49 communautés du nord de l'Ontario d'ici un an. Dès cette semaine, la Première Nation va solliciter du financement des gouvernements provincial et fédéral et chercher des partenariats avec le secteur privé pour atteindre ses objectifs.

Un texte de Stéphany LaperrièreTwitterCourriel

La campagne est intitulée Amber Strang, en mémoire de la plus jeune des neuf victimes de l'incendie résidentiel à Pikangikum en mars dernier. Elle n'avait que 5 mois.

Le grand chef de la Première Nation Nishnawbe Aski, Alvin Fiddler, veut éviter qu'une telle tragédie ne se reproduise.

« On sentait qu'on devait faire quelque chose », dit-il.

D'ici un an, il souhaite que dans chaque maison se trouvent un détecteur de fumée et un extincteur.

Mauvaises infrastructures

Alvin Fiddler veut également que toutes les communautés aient l'infrastructure et la formation requises pour éteindre des feux.

La plupart des communautés autochtones du nord de la province n'ont pas accès à des services d'incendie, déplore Alvin Fidler.

« Le manque de logement contribue aussi au problème. Pikangikum en est un exemple. Il y avait trois générations qui vivaient dans une seule maison et il n'y avait pas de détecteur de fumée », indique Alvin Fiddler.

Il ajoute que les matériaux de construction utilisés par de nombreuses communautés sont vieux et hautement inflammables.

« Nous sommes convaincus que nous réussirons à atteindre nos objectifs parce qu'on ressent déjà un esprit d'entraide. »

— Une citation de  Alvin Fiddler, chef de la Première Nation Nishnawbe Aski

La Première Nation Nishnawbe Aski va demander l'aide de la population et des gouvernements pour remédier à ces problèmes.

Son grand chef affirme que plusieurs partenaires provenant de divers secteurs ont déjà offert leur aide, notamment les services d'incendies de certaines municipalités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario