•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nanikana Aerospace joue de malchance lors du lancement de sa sonde atmosphérique

Les préparatifs du lancement s'étaient pourtant bien déroulés alors que l'équipe Nanikana Aerospace avait devancé son horaire d'une trentaine de minutes

Les préparatifs du lancement s'étaient pourtant bien déroulés alors que l'équipe Nanikana Aerospace avait devancé son horaire d'une trentaine de minutes

Photo : Facebook : Nanikana Aerospace

Radio-Canada

L'équipe Nanikana-Aerospace a joué de malchance lors du lancement de sa sonde atmosphérique samedi matin à Authier alors que le prototype de satellite qui devait être testé s'est détaché peu après le décollage.

L'intégrateur de système de l'équipe, Jean-François Nadeau, explique que la journée avait pourtant bien commencé, l'équipe ayant réussi à devancer son horaire de lancement d'une trentaine de minutes.

Mais la quantité d'hélium contenue dans le ballon n'a pas suffi à soulever l'ensemble de l'équipement. Le prototype de satellite fabriqué par l'équipe de passionnés d'informatique, de transmission radio, d'électronique, d'aérospatiale et de chimie, PROTOSAT-1, s'est détaché peu après le lancement et a pu être récupéré après un rebond au sol.

Des membres de l'équipe Nanikana Aerospace présentent la sonde Otachi-5 avant le lancement à Authier

Des membres de l'équipe Nanikana Aerospace présentent la sonde Otachi-5 avant le lancement à Authier

Photo : Facebook : Nanikana Aerospace

En attente d'un signal...

L'équipe a espéré une partie de l'après-midi que la balise GPS de la sonde, qui s'était mise en veille en cours d'envolée, fasse parvenir un signal afin que l'équipement puisse être récupéré.

« Normalement, l'espèce de balise satellite qu'il y a à l'intérieur, quand elle tombe en veille comme ça, elle se rapporte au moins une fois par jour pour nous dire que son état est correct, que ses batteries sont bonnes et qu'elle est à telle position, explique Jean-François Nadeau, avant d'ajouter que les radios amateurs du secteur d'Amos étaient en mesure de capter le signal à moyenne portée émis par une balise sonore fixée sur l'équipement. »

D'échec de la mission à mission à demi accomplie!

À 14h06, le signal se fait finalement entendre, alors que l'équipe Nanikana Aerospace effectue des calculs pour tenter de déterminer le lieu de chute de la sonde. Soulagés, les membres de l'équipe pourront ainsi récupérer la sonde, dont la valeur des équipements est évaluée à plus de 2000 dollars.

« [La sonde] a descendu pendant encore une bonne vingtaine de minutes pour finalement s'immobiliser au sud-est de Quévillon, à l'est de Senneterre », note Jean-François Nadeau, avant d'ajouter qu'une équipe de récupération prendra la route dès 6h dimanche matin pour aller chercher le précieux vaisseau rempli d'informations de vol.

Au moins ça n'aura pas été un échec total. On va récupérer nos vidéos, pouvoir analyser la balise comment elle se comporte après-coup. Donc, ça ne sera pas un échec, ça va être une semi-réussite avec beaucoup d'expériences acquises!

Jean-François Nadeau, intégrateur de systèmes de l'équipe Nanikana Aerospace

Nanikana Aerospace dit déjà étudier la possibilité de reprendre la mission test de son PROTOSAT-1, qui devait collecter des données environnementales, permettre de tester les équipements de communication et capturer des images aériennes, dès cet automne.

PROTOSAT-1 devait collecter des données environnementales, permettre de tester des équipements de communication et capturer des images aériennes. Il devait aussi permettre de suivre l'envolée de la sonde atmosphérique.

Abitibi–Témiscamingue

Science