•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Préposés aux bénéficiaires : la relève se fait de plus en plus rare en Gaspésie

Formation en assistance aux personnes en établissement de santé

Formation en assistance aux personnes en établissement de santé à Gaspé

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le réseau de la santé de la Gaspésie fait face à une pénurie de préposés aux bénéficiaires et de préposés à l'hygiène et à la salubrité.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) demande ainsi au Centre de formation professionnelle de Gaspé d'offrir ces deux formations dès l'automne prochain. Encore faut-il réussir à attirer un nombre suffisant d'étudiants.

Actuellement, il y a un manque d'intérêt pour les deux formations.

Le Centre de formation professionnelle de la Côte-de-Gaspé n'offre qu'un seul programme en santé pour former de futurs infirmiers et infirmières auxiliaires.

On compte actuellement 400 préposés aux bénéficiaires en Gaspésie. 60% sont âgés de plus de 40 ans et 16% ont plus de 55 ans.

Selon Claudio Bernatchez, directeur du Centre de formation de la Côte-de-Gaspé, le DEP en assistance à la personne en établissement de santé n'avait pas été donné depuis 3 ans. « Ça paraît au niveau du recrutement dans les différenrts établissements », déplore-t-il.

La pénurie est là. Les milieux de soins en ont besoin. Les travailleurs font des heures supplémentaires. Souvent la ressource est épuisée parce qu'elle manque de soutien.

Une citation de :Renée Cummings, coordonnatrice du programme de santé, Centre de formation de la Côte-de-Gaspé
Volontaire pour faciliter l'apprentissage des préposés aux bénéficiaresAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Volontaire pour faciliter l'apprentissage des préposés aux bénéficiares

Photo : ICI Radio-Canada

Selon Mme Cummings, les préposés aux bénéficiaires jouent un rôle clé : elles sont à même de recueillir beaucoup d'informations parce qu'elles passent beaucoup de temps avec les clients.

« Quand on donne le bain à une personne, on peut voir comment elle fonctionne, comment elle se déplace et ce transfert d'informations là est primordial pour établir des plans de soins », indique-t-elle.

Pour offrir le DEP en assistance aux personnes en établissement de santé et l'attestation d'études professionnelle en hygiène et salubrité, il faut attirer un minimum de 15 étudiants par programme.

Le centre de formation se donne jusqu'en octobre pour obtenir un nombre suffisant d'inscriptions.

D'après les informations de Martin Toulgoat

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec