•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surreprésentation des Noirs et des Autochtones dans les prisons de la N.-É.

Personne en détention

Personne en détention

Photo : iStock

Radio-Canada

Les nouvelles statistiques publiées par le ministère de la Justice de la Nouvelle-Écosse démontrent que les Autochtones et les Noirs sont surreprésentés dans le milieu carcéral de la province, particulièrement dans les centres correctionnels pour jeunes.

Entre 2014 et 2015, 16 % des jeunes détenus étaient noirs et 12 % étaient autochtones.

Pourtant, la communauté noire ne représente que 2 % de la population et les Autochtones 4 %.

Un système « raciste »

Pour la députée néo-démocrate Marian Mancini, c'est la preuve que le système actuel est raciste.

« Je le crois vraiment, et je ne pense pas choquer personne en disant cela », lance-t-elle.

La ministre de la Justice, Diana Whalen, répond qu'il s'agit d'un problème complexe qui dure depuis longtemps.

Elle reconnaît que les minorités visibles ne se retrouvent pas assez souvent dans les établissements comme les écoles ou dans des métiers comme ceux de policier, pompier ou avocat.

La ministre croit que des initiatives comme Nova Scotia Home for Colored Children peuvent améliorer la situation.

Offrir plus de soutien aux jeunes

El Jones, une activiste qui travaille avec les prisonniers, croit qu'il s'agit seulement d'une partie du problème.

Selon elle, c'est plus que ça. El Jones souligne que de nombreux facteurs influencent le mode de vie des gens qui tentent de quitter le système carcéral. Entre autres, le manque d'emploi, le soutien insuffisant pour les personnes en libération conditionnelle, l'offre de logement, etc.

Elle se dit davantage préoccupée par le nombre élevé de jeunes dans les centres correctionnels.

Je crois que c'est une tragédie

El Jones, activiste

L'activiste souligne que les jeunes avec un dossier criminel présentent un haut risque de récidive. Certains prisonniers ont un dossier criminel depuis l'âge de 12 ans, soutient-elle.

Selon El Jones, la solution est d'offrir plus d'aide et d'encadrement à ces jeunes dans le besoin.

Acadie

Société