•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saumon génétiquement modifié : des réactions partagées

Un pavé de saumon cru.

Un pavé de saumon cru.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'approbation de la vente du saumon génétiquement modifié au Canada suscite de nombreuses réactions, dont des attentes et des inquiétudes.

Un texte de Rebecca MartelTwitterCourriel

L'industrie, les consommateurs et les environnementalistes ont tous une opinion sur le sujet.

Le saumon est le premier animal génétiquement modifié dont la vente est permise en épicerie.

A priori, les consommateurs en Atlantique ne semblent pas trop inquiets.

« Si c'est bon à manger et que ç'a été étudié, je suis correct avec ça », dit l'un des passants rencontrés à Moncton. « Ce sera formidable, ce sera même un petit peu moins cher j'espère », croit un autre.

« J'aime trop manger, il n'y a pas grand-chose qui me fait peur »

— Une citation de  Un consommateur

Mais une autre femme interrogée s'y oppose. « C'est mon choix d'en prendre ou de ne pas en prendre, alors justement, je veux que ça soit indiqué pour que je puisse faire le bon choix », lance-t-elle.

L'entreprise AquaBounty est derrière la conception du produit. Les oeufs sont produits dans une usine de l'Île-du-Prince-Édouard. Le saumon de l'Atlantique est modifié en utilisant un gène du saumon du Pacifique pour favoriser une croissance plus rapide.

Pour bien des environnementalistes, la nouvelle a été tout un choc. « Il faut arrêter ça. Pour nous, le risque c'est la menace pour le saumon sauvage », dit Mark Butler du Centre d'action écologique.

Cette organisation est en pleine procédure judiciaire pour renverser l'approbation de l'Agence américaine et la vente d'oeufs de saumon génétiquement modifié au Canada.

La crainte, c'est que des saumons transgéniques s'accouplent au saumon sauvage et que l'espèce soit pour toujours modifiée.

Étiquetage obligatoire?

On ne sait toujours pas si les épiceries et les marchés seront obligés d'étiqueter les saumons transgéniques. Le comité parlementaire de l'agriculture et de l'agroalimentaire se penchera sur la question.

Le centre d'action écologique d'Halifax ne comprend pas pourquoi Santé Canada ne rendra pas l'étiquetage du produit obligatoire.

« Les Canadiens veulent savoir. Ils veulent savoir si ce saumon ou la nourriture qu'ils achètent est modifié ou non », croit Mark Butler.

L'Alliance pour l'industrie de l'aquaculture au Canada partage son avis. La directrice de l'organisme, Ruth Salmon, favorise la transparence. Elle est contente de savoir que le comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire va se pencher sur la question. Il reste encore un an ou un an et demi avant que le saumon transgénique atteigne les étalages des supermarchés. D'ici là, poissonneries et épiceries devront aussi se positionner.

« On ne le sait pas, nous autres on va aller avec les consommateurs et ce qui vont penser et nous autres on va étudier le cas », souligne Louis Leger de la poissonnerie Moncton Fish Market.

Mais pour l'instant, il y a encore beaucoup d'inconnu entourant le produit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie