•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de français dans le mandat de la ministre des Affaires francophones

La ministre des Affaires francophones du Manitoba, Rochelle Squires, également ministre du Sport, de la Culture et du Patrimoine et ministre responsable de la Condition féminine.

La ministre des Affaires francophones du Manitoba, Rochelle Squires, également ministre du Sport, de la Culture et du Patrimoine et ministre responsable de la Condition féminine.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement de Brian Pallister, au Manitoba, a dévoilé jeudi les lettres de mandats données aux ministres lors de leur nomination, le 3 mai dernier. De façon surprenante, la lettre de la ministre responsable des Affaires francophones et de la Condition féminine ne contient aucune mention du français ou des questions qui touchent les femmes.

Un texte de Rémi AuthierTwitterCourriel

Dans cette lettre, le premier ministre Brian Pallister donne à Rochelle Squires la tâche de réviser le mode de financement de la culture et d'établir des partenariats avec les entreprises privées. Il lui demande aussi de revoir les règles qui entourent les organismes sans but lucratif et le milieu caritatif. M. Pallister donne aussi la responsabilité à la ministre du Sport, de la Culture et du Patrimoine d'établir un centre international d'excellence en curling.

Le gouvernement a par ailleurs uniquement publié ces lettres de mandat en anglais sur son site web. La nomination de Rochelle Squires a suscité des réactions en raison de son unilinguisme anglais. Lors de la période de questions mercredi, le député Wab Kinew a remis en question la capacité de la ministre de représenter la communauté francophone en raison de son unilinguisme.

Les conservateurs maintiennent leurs promesses

Le ministre des Finances du Manitoba, Cameron FriesenAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre des Finances du Manitoba Cameron Friesen

Photo : CBC/Julianne Runne

Le Parti progressiste-conservateur met de l'avant certaines de ses promesses dans ces lettres. Le ministre des Finances Cameron Friesen se voit donc confier la responsabilité de faire passer la taxe provinciale de 8 % à 7 % d'ici 2020. Il doit aussi indexer les tranches d'imposition au cours de la première année et équilibrer le budget sans toutefois qu'une date limite soit indiquée.

Le ministre de la Santé, des Aînés et de la Vie active, Kelvin Goertzen, est chargé, entre autres, de diminuer les temps d'attentes, d'établir une stratégie pour la maladie mentale et de réduire les frais d'ambulance de moitié au cours de la première année. Quant à la ministre de la Justice et procureure générale de la province, Heather Stefanson, le premier ministre Brian Pallister lui fait confiance afin de donner de plus grands pouvoirs au commissaire aux conflits d'intérêts de la province pour mener des enquêtes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !