•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montée en flèche du nombre de cas de syphilis au Manitoba

La bactérie responsable de la syphilis
La bactérie responsable de la syphilis Photo: Getty Images
Radio-Canada

Le nombre de cas de syphilis est en hausse au Manitoba alors que la province doit composer avec une pénurie du médicament principal pour combattre la maladie.

En 2015, un nombre record de 200 cas de syphilis ont été diagnostiqués au Manitoba. À la fin du mois d'avril 2016, 81 cas ont été diagnostiqués. La Dre Joss Reimer de l'Office régional de la santé de Winnipeg explique que si la tendance se maintient, le nombre record de 2015 pourrait être surpassé.

« Nous avions l'habitude de voir un ou deux cas par mois. Nous en voyons plutôt de 15 à 20 », explique-t-elle.

Le nombre de cas augmente alors que le Bicillin, le médicament principal, est en rupture de stock. Ce médicament a un taux de réussite élevé contre les infections transmises sexuellement (ITS). Il a également l'avantage de nécessiter qu'une seule dose pour le traitement.

« La compagnie qui fabrique le Bicillin est en rupture de stock. Nous devons garder le médicament pour les femmes enceintes ou les personnes qui ne peuvent pas prendre les médicaments alternatifs », dit Joss Reimer.

Si la syphilis n'est pas traitée, elle peut mener à plusieurs complications. Pour les femmes enceintes, les ITS peuvent causer des problèmes de santé au foetus ou même la mort.

Dre Reimer affirme qu'il existe d'autres traitements alternatifs pour la syphilis et demande aux personnes de subir des tests de dépistage.

Des comportements sexuels plus à risque

La Dre Joss Reimer affirme que grâce aux meilleurs traitements contre le VIH, les gens ont moins peur de contracter la maladie et font des choix sexuels différents.

Le nombre à la hausse des personnes qui utilisent les sites de rencontre en ligne est un autre défi que les autorités médicales doivent surmonter.

« Les patients qui viennent nous voir avec un cas de syphilis ne savent pas toujours le nom du partenaire avec lequel ils ont eu des relations sexuelles. Ce qu'ils nous disent c'est le nom d'utilisateur du partenaire », dit-elle. Elle ajoute que ça devient difficile de retrouver les personnes qui ont été exposées à la syphilis.

Les infirmières ont envoyé des messages privés dans les sites de rencontre afin de retrouver les personnes infectées. De la publicité a également été achetée afin d'aviser les utilisateurs du nombre de cas en hausse de syphilis et comment se faire dépister.

Manitoba

Santé publique