•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie

Aédan Charest, 20 ans, est en pleine transition pour devenir un homme.

Aédan Charest, 20 ans, est en pleine transition pour devenir un homme.

Photo : Mathieu Grégoire

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Aédan Charest, 20 ans, est en pleine transition. Il se réjouit du fait qu'il se sent de plus en plus respecté.

La célébration de cette Journée internationale contre l'homophobie et la transphobie marque un tournant important pour plusieurs personnes, membres, ou sympathisants de la communauté LGBT.

« Ça démontre qu'on fait du progrès. C'est beau de voir que c'est reconnu comme une journée officielle. »

— Une citation de  Aédan Charest, 20 ans

Aédan a commencé ses traitements d'injections de testostérone, pour avoir l'apparence d'un homme, il y a un peu plus d'un mois. Il reconnaît qu'il y a de plus en plus de services spécialisés en santé dans le nord pour les transgenres.

Reste que ce n'est pas tout le monde qui est familier avec la transphobie. « Il faut toujours que je m'explique, c'est aussi pour ma sécurité ». Aédan reste sur ses gardes et veille à bien expliquer sa situation lorsqu'il utilise les toilettes pour hommes. Il explique qu'il reste encore bien de l'enseignement à faire concernant les personnes qui décident de changer de sexe et des journées comme aujourd'hui contribuent à le faire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario