•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conciliation travail-famille : Ottawa lance des consultations

Des bébés en garderie

Photo : iStock

La Presse canadienne

Le gouvernement libéral fédéral a entrepris des premières démarches vers une plus grande flexibilité des heures de travail pour les employés soumis à la réglementation fédérale, dans le cadre d'une révision plus large des conditions de travail.

L'idée d'horaires plus flexibles circule depuis des dizaines d'années pour aider les employés à gérer les obligations familiales ou les pratiques culturelles traditionnelles. À titre d'exemple, dans le communiqué publié lundi, Ottawa fait état d'« activités autochtones traditionnelles comme la chasse ou la pêche ».

Les libéraux avaient promis durant la plus récente campagne électorale de faciliter la demande par les employés soumis à la réglementation fédérale de modifications à leurs heures de travail, ou de la permission de travailler de la maison lorsque cela est possible.

Le parti s'est simplement engagé à accorder formellement le droit, dans le Code canadien du travail, aux travailleurs de réclamer des horaires différents, et pas à rendre la pratique contraignante pour les employeurs.

La ministre du Travail, MaryAnn Mihychuk, a affirmé le mois dernier que la proposition assurerait que les travailleurs n'aient pas à perdre leur emploi, ou à perdre les heures nécessaires pour se qualifier à l'assurance-emploi si besoin il y a.

Mme Mihychuk a aussi affirmé que la proposition visait à aider davantage de Canadiens à obtenir un emploi.

« Il y a plus de gens souhaitant travailler que d'emplois disponibles, et en partageant ces emplois, nous pourrions être en mesure d'avoir des carrières riches pour plus de Canadiens », a dit la ministre.

Les consultations, annoncées lundi, prendront la forme d'un sondage en ligne, accessible jusqu'au 30 juin, et de tables rondes partout au Canada « pour recueillir le point de vue des employeurs, des travailleurs, des universitaires et d'autres intervenants ».

Le gouvernement travaillera avec les provinces et les territoires intéressés pour donner le droit à leurs travailleurs de demander des conditions de travail souples, indique également le communiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique