•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les heures supplémentaires dans les hôpitaux sont-elles une maladie?

Une infirmière au travail

Une infirmière au travail

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des milliers d'infirmières et d'infirmiers font des heures supplémentaires volontaires et obligatoires jour après jour. Et, sur le terrain, le personnel est parfois à bout de souffle.

Un texte de Louis-Philippe OuimetTwitterCourriel

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Au cours des trois dernières années, près de 83 % des infirmières québécoises ont fait des heures supplémentaires. Cela représente, pour 2014-2015 seulement, près de 4,5 millions d'heures facturées.

Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, le nombre d'heures supplémentaires est toutefois en diminution depuis les dernières années et le nombre d'infirmières, toutes catégories confondues, est en augmentation.

Un problème

Même si le nombre d'heures supplémentaires diminue depuis trois ans, la réalité rattrape les 68 350 infirmières et infirmiers du Québec qui ont fait, en moyenne, 67 heures supplémentaires en 2014-2015.

« Moi, je travaille en obstétrique. Le temps supplémentaire régulier volontaire des infirmiers, il y en a tout le temps au quotidien », affirme Manon Ringuette, infirmière depuis 15 ans à l'Hôpital Cité-de-la-Santé, à Laval.

Ça m'est déjà arrivé d'aller chercher mes enfants et de les amener à l'hôpital pour combler mon quart de travail.

Manon Ringuette, infirmière

Selon Manon Ringuette, de nombreux infirmières et infirmiers sont épuisés.

Un système à revoir?

Au total, 5 % des heures travaillées par les infirmières et les infirmiers sont des heures supplémentaires.

La présidente de la Fédération de la santé du Québec, Claire Montour, affirme qu'il faut revoir l'organisation du travail. « C'est pas nécessairement parce qu'il manque d'infirmières. Le problème c'est la façon qu'on a de gérer les horaires », croit-elle.

Le trésorier de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Roberto Bomba, ajoute que les heures supplémentaires obligatoires peuvent nuire au bon déroulement des opérations.

Nos infirmières sont dans l'obligation d'évaluer la santé des patients et, si elles sont moins alertes, ça a un impact au niveau de la sécurité des soins.

Roberto Bomba, trésorier de la FIQ

La fin des heures supplémentaires obligatoires

Le ministre québécois de la Santé mise beaucoup sur la relève. Gaétan Barrette veut s'attaquer aux heures supplémentaires obligatoires. « Les heures supplémentaires obligatoires, on le fait uniquement pour la sécurité des patients. Le personnel le comprend, c'est pas agréable, mais on vise que ça disparaisse. Ça va prendre un certain temps, mais on va y arriver », affirme le ministre.

Alors que leur charge de travail est parfois augmentée et que la conciliation travail-famille des infirmières et des infirmiers est souvent difficile, ces derniers sont nombreux à souhaiter des changements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !