•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soins aux aînés : le Nouveau-Brunswick propose un projet pilote au fédéral

Un aîné reçoit des soins dans un centre hospitalier.
Un aîné reçoit des soins dans un centre hospitalier. Photo: iStock / iStockPhoto
Radio-Canada

Le premier ministre Brian Gallant a profité de son passage à Ottawa, cette semaine, pour proposer un projet pilote pour sa province concernant les soins aux personnes âgées.

Le Nouveau-Brunswick est la province canadienne qui compte la plus forte proportion de personnes âgées de 65 ans et plus. Brian Gallant estime qu'il est possible de développer une expertise au Nouveau-Brunswick qui peut servir à l'ensemble du pays.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian GallantLe premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant. Photo : La Presse canadienne / PC/Sean Kilpatrick

« Nous regardons à [être] certains que nos aînés puissent passer le plus de temps dans leur communauté et dans leur maison le plus longtemps possible, que nous sommes plus proactifs à propos de notre santé, que nous faisons une meilleure gestion des maladies chroniques, que nous faisons de la recherche et du développement dans des choses auxquelles une population vieillissante fait face, plus au niveau médical, que ce soit le cancer, l'alzheimer ou bien d'autres, et que nous faisons des investissements qui vont nous aider à avoir les infrastructures [dont] nous avons besoin pour une population vieillissante », a expliqué Brian Gallant.

L'initiative du gouvernement Gallant est bien accueillie par l'Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick. Son directeur général, Jean-Luc Bélanger, est heureux de voir que la question des soins aux personnes âgées fait l'objet de discussions à Ottawa.

M. Bélanger siège aussi au conseil sur le vieillissement, établi récemment par le premier ministre Gallant. Jusqu'à présent, précise M. Bélanger, les membres du conseil se sont réunis trois fois, et ils ont dit chaque fois que le gouvernement fédéral doit faire partie de la solution. Le Nouveau-Brunswick a besoin d'aide et d'argent, selon eux.

Jean-Luc Bélanger, DG de l'Association francophone des aînés du N.-B.Jean-Luc Bélanger, DG de l'Association francophone des aînés du N.-B. Photo : Radio-Canada/Michèle Brideau

« Il faut mettre l'accent sur les ressources humaines que nous avons dans nos communautés parce qu'elles peuvent apporter de l'aide à nos plus vulnérables de la société. C'est faire en sorte que nos aînés soient moins dans les hôpitaux, qu'ils n'en aient pas besoin, et moins dans les foyers de soins. [...] C'est d'avoir des programmes et du financement pour soutenir que nos aînés puissent demeurer chez eux dans leur environnement, leur communauté, le plus longtemps possible », affirme M. Bélanger.

Jean-Luc Bélanger souhaite aussi que le projet pilote soit réalisé dans les deux langues officielles de la province.

Avec les informations de Marie-Hélène Lange

Acadie

Société