•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vente de Rona à Lowe's approuvée deux fois plutôt qu'une à Ottawa

Activité devant un RONA à Saint-Eustache

Activité devant un RONA à Saint-Eustache

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après le Bureau de la concurrence, jeudi, le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, approuve à son tour la vente du quincaillier québécois Rona à l'américaine Lowe's.

Cette approbation est donnée au terme de l'examen auquel toute société privée étrangère qui veut acheter une entreprise canadienne pour plus de 600 millions de dollars doit se soumettre en vertu de la Loi sur Investissement Canada.

Lowe's achète Rona pour 3,2 milliards de dollars.

Le ministre Bains indique que Lowe's a pris « des engagements fermes » à l'égard du Canada. Ces engagements sont en tous points conformes à ceux qui avaient été pris en février, lorsque la transaction a été rendue publique.

Lowe's doit non seulement établir le siège social de ses entreprises à Boucherville, mais aussi maintenir « le rôle important des Canadiens au sein de la haute direction » et le « niveau élevé d'emplois » dans les entreprises au Canada.

Le ministère, qui dit avoir consulté Québec dans ce dossier, ne précise pas ce que signifient les termes « rôle important » et « niveau élevé d'emplois ». Selon un porte-parole, Hans Parmar, les dispositions de la Loi sur Investissement Canada en matière de confidentialité ne permettent pas de donner plus de détails à ce sujet.

« Les engagements proposés sont juridiquement contraignants », assure-t-il. « Dans le cadre de nos pratiques habituelles, nous exerçons toujours un suivi afin de nous assurer que l'investisseur respecte ses engagements. »

Le géant américain s'engage aussi à conserver l'enseigne Rona, à maintenir le modèle de marchands affiliés propriétaires et les pratiques d'acquisition socialement responsables de l'entreprise, à améliorer sa stratégie de commerce et à poursuivre ses activités philanthropiques.

En approuvant la transaction, le ministère conclut donc qu'elle offre un « avantage économique d'ensemble » pour le Canada. Les investissements étrangers, note-t-il, constituent « un important moteur d'innovation, de croissance économique et de développement dans l'économie canadienne ».

Le développement d'un Canada plus novateur ne peut se faire sans la présence d'entreprises canadiennes concurrentielles qui participent aux chaînes de valeur mondiales, qui contribuent à faire croître notre économie et qui renforcent la classe moyenne. Notre gouvernement est heureux que des entreprises comme Lowe's continuent d'investir au Canada.

Une citation de :Navdeep Bains, ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique

Jeudi, le Bureau de la concurrence a aussi donné son aval à la transaction. L'organisme fédéral a conclu que l'acquisition de Rona par Lowe's ne va pas réduire la concurrence dans la vente d'articles de rénovation domiciliaire.

Lowe's compte actuellement 42 magasins au Canada, tandis que Rona exploite 500 établissements et magasins affiliés qui emploient 22 000 personnes, dont 11 500 au Québec.

Les actionnaires de Rona ont approuvé la vente en mars dernier.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !