•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Toronto s’attaque aux points de vente de marijuana

Un comtoir de vente de marijuana à Toronto

Un comtoir de vente de marijuana à Toronto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après des mois de non-intervention de leur part, le maire de Toronto, John Tory, presse les inspecteurs municipaux et la police « d'employer tout moyen à leur disposition » pour contrer la multiplication des comptoirs de vente de pot.

La marijuana doit y être vendue uniquement à des fins médicales, mais nombre de ces commerces semblent jouer avec les règles, selon une enquête de CBC.

Le maire qualifie leur prolifération « d'alarmante ». Toronto en compte maintenant une centaine.

Pour lui, la « santé et la sécurité [publiques] » sont en jeu, en attendant la réglementation fédérale au printemps 2017 relativement à la légalisation du cannabis au pays.

Si rien n'est fait, le nombre de ces points de vente ne fera qu'augmenter.

John Tory, maire de Toronto

Le maire s'inquiète des effets de cette prolifération sur les clients de ces comptoirs où « la substance en vente n'est pas réglementée », sans parler de l'impact sur les autres commerces et les quartiers.

Il se préoccupe aussi du risque que de la drogue soit vendue à des mineurs.

Des jeunes fument de la marijuana pendant le rassemblement 4-20 à Vancouver en 2015.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des jeunes fument de la marijuana pendant le rassemblement 4-20 à Vancouver en 2015

Photo : Al Stewart/ICI Radio-Canada

Réglementation locale

Le maire demandera par ailleurs la semaine prochaine au comité des permis d'étudier la possibilité de réglementer les points de vente de marijuana, pour s'assurer qu'ils n'ont pas pignon sur rue près d'écoles ou de garderies.

Il demande aux fonctionnaires de présenter des recommandations à ce sujet au comité en juin.

La semaine dernière, le directeur municipal des enquêtes pour le service des permis a indiqué que le règlement de la Ville sur le zonage ne permettait pas l'ouverture de comptoirs de marijuana. Seuls les fournisseurs de cannabis médical homologués par Santé Canada peuvent en distribuer, et ce, par l'entremise de Postes Canada uniquement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !