•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Horizon Santé-Nord : toujours loin d'être bilingue

horizon-sante-nord

Horizon Santé-Nord (nouveau nom de l'hôpital du Grand-Sudbury)

Photo : Yvon Thériault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'hôpital Horizon Santé-Nord à Sudbury tente toujours d'offrir des services en français à ses patients francophones, trois ans après avoir été désignée bilingue en vertu de la Loi sur les services en français en 2013.

Un texte de Patricia SauzèdeTwitterCourriel

La direction a toutefois de la difficulté à déterminer quels postes doivent être bilingues. Selon Paul-André Gauthier, président du Groupe des infirmières et infirmiers francophones de l'Ontario, il s'agit toutefois de choisir des postes qui exigent un contact avec les patients.

« Ce qu'on recommande constamment, c'est qu'à l'urgence, aux soins intensifs, en pédiatrie et en santé mentale que nous avons constamment du personnel francophone pour accueillir les malades qui se présentent puisque dans ces départements-là, il y a des situations très critiques. »

Les gens qui ne vont vraiment pas bien, c'est très difficile de s'exprimer dans une deuxième langue, de donner les symptômes et de comprendre les questions que la personne aurait.

Une citation de :Paul-André Gauthier, président du Groupe des infirmières et infirmiers francophones de l'Ontario

Il ajoute que l'incompréhension entre patients et travailleurs de la santé peut entraîner des erreurs graves.

« Les malades qui ne se font pas comprendre, ils vont être diagnostic dans la mauvaise affaire. La recherche prouve ça. Le traitement qui va avec le diagnostic va être faussé. »

L'hôpital inflexible, disent les ressources humaines

La vice-présidente des ressources humaines de l'hôpital, Rhonda Watson, soutient quant à elle que l'hôpital fait tout en son pouvoir pour fournir le plus de services possibles dans langue de Molière.

« La différence aujourd'hui, c'est que nous sommes inflexibles lorsque nous engageons pour un poste dit bilingue. Nous cherchons un candidat qualifié qui parle français et nous ressayons si ça ne fonctionne pas la première fois. »

Elle souligne que l'hôpital tente également de trouver des candidats bilingues dans la direction.

« C'est le niveau de la langue qui pose problème parce que selon la Loi sur les services en français, les travailleurs doivent être capables d'offrir des services dans un niveau de langue élevé », ajoute-t-elle.

Elle précise que les employés qui doivent s'exprimer en français ont des examens de grammaires et ont aussi accès à des services d'aide s'ils en sentent le besoin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario