•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chiens responsables de la mort d'un homme au Yukon

chiens dans la rue en hiver

Le village de Ross River a un problème de chiens errants depuis de nombreuses années. Cette photo a été prise en 2011.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

La coroner du Yukon confirme que l'homme trouvé mort l'automne dernier dans le village de Ross River a été tué par des chiens. Kirtsen Mcdonald a rencontré lundi soir 110 résidents du village pour leur présenter ses conclusions.

Le corps de Shane Glada a été trouvé le 17 octobre dernier partiellement consumé dans un ravin à quelques mètres des maisons du village de 350 habitants. La coroner conclut que le jeune homme était vivant au moment de l'attaque.

Les résidents avaient immédiatement conclu à l'attaque d'un ours, une crainte rapidement rejetée par la police et les agents de conservation de la faune.

La rencontre entre la coroner, la Gendarmerie royale du Canada, la vétérinaire en chef et les résidents visait à sensibiliser la population aux mesures de sécurité qui pourraient être prises pour éviter une telle tragédie.

« Les chiens étaient sauvages ou semi-domestiqués. Ces chiens ne comprenaient pas leur rôle par rapport aux humains », a affirmé Kirsten Mcdonald.

Sept mois depuis la tragédie

des résidents assis dans un gymnaseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les résidents de Ross River sont inquiets que les chiens responsables de la mort d'un résident soient toujours libres.

Photo : ICI Radio-Canada/Nancy Thomson

L'oncle de la victime, Gord Peter, s'insurge du fait qu'aucune mesure n'a été prise depuis la mort de Shane Glada pour régler le problème des chiens errants. Il pointe du doigt ceux qui n'attachent toujours pas leurs chiens.

« Je leur montrerai les photos du corps mutilé de Shane. Peut-être alors agiront-ils par rapport à leurs chiens. Peut-être alors comprendront-ils. »

Plusieurs résidents ont exprimé de la colère et de la frustration alors que la police n'a pas été en mesure de confirmer si les chiens responsables de l'attaque étaient encore en liberté. Certains résidents ont suggéré de tuer tous les chiens errants du village. La vétérinaire en chef, Mary Vanderkop, a proposé quant à elle l'utilisation de pièges. 

Groupe de travail

affiche demandant aux résidents de Ross River d'attacher leurs chiensAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dans les bureaux du conseil de bande, une affiche demande aux résidents d'attacher leurs chiens en raison d'attaques récentes.

Photo : ICI Radio-Canada/Nancy Thomson

Le chef du Conseil Dene de Ross River, Jack Caesar, a suggéré la création d'un groupe de travail avec la collaboration de la coroner. Le groupe doit se rencontrer dans les prochains jours pour formuler une dizaine de recommandations.

Certains aimeraient voir un nombre limité de chiens par maisonnée, l'enregistrement des chiens et l'embauche d'un agent responsable d'attraper les chiens errants et émettre des contraventions aux propriétaires fautifs.

Le village de Ross River n'est pas organisé en municipalité. Le ministère des Services aux collectivités est donc responsable du village mais aucun représentant n'était présent à la rencontre.

Colombie-Britannique et Yukon

Justice et faits divers