•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement français fera passer en force sa réforme du droit du Travail

Le premier ministre français Manuel Valls
Le premier ministre français Manuel Valls Photo: ? Charles Platiau / Reuters
Associated Press

Le gouvernement français a annoncé mardi qu'il aura recours à l'article 49-3 de la Constitution pour forcer la Chambre basse du Parlement à adopter, sans vote, sa réforme du milieu du travail.

La décision d'avoir recours à l'article 49-3 a été prise au terme d'une brève rencontre d'urgence du Cabinet, après que le gouvernement eut été incapable de s'entendre avec les parlementaires.

La réforme divise même les socialistes au pouvoir, et certains rebelles refusent de voter en faveur du projet.

L'opposition conservatrice a répliqué en déposant une motion de censure, ce qui forcera le premier ministre Manuel Valls à défendre ses politiques et à affronter un vote de confiance au cours des prochains jours.

M. Valls devrait survivre à ce vote puisque les socialistes, malgré la grogne, ne voudront pas menacer la stabilité du gouvernement.

M. Valls a été hué par les politiciens conservateurs et par ceux de l'extrême-gauche quand il a annoncé devant l'Assemblée nationale sa décision d'avoir recours à l'article 49-3.

Une autre manifestation populaire contre la réforme et organisée par sept syndicats ou groupes de jeunes est prévue pour jeudi.

La semaine de 35 heures malmenée

La réforme modifierait la semaine de travail française de 35 heures, qui a été créée par les socialistes en 2000 et qui représente aujourd'hui la pierre d'assise de la gauche.

L'actuel gouvernement socialiste veut apporter des modifications pour abaisser un taux de chômage coincé à 10 %, ce qui était un des objectifs de la semaine de travail écourtée.

Les propositions ne modifient techniquement pas la semaine de travail de 35 heures. Elles permettraient toutefois aux entreprises de réorganiser leurs horaires, pour atteindre un maximum de 48 heures de travail par semaine et 12 heures par jour. Certains employés pourraient travailler 60 heures par semaine lors de circonstances extraordinaires.

Une mesure verrait aussi les employés travailler plus de 35 heures par semaine sans être payés pour leurs heures supplémentaires, pour permettre aux entreprises de répondre aux périodes de forte demande.

Ces employés obtiendraient, en retour, davantage de congés plus tard. D'autres mesures assoupliraient les règles qui encadrent les congédiements et le travail à la maison ou la nuit.

Ces propositions ont vu tous les grands syndicats et les principales organisations de jeunes se retourner contre le gouvernement. Avec l'élection présidentielle de l'an prochain et la popularité de M. Hollande à son plus bas, toute mesure qui facilite les mises à pied alimente le mécontentement dans un pays déjà durement frappé par un ralentissement économique.

Le prédécesseur de M. Hollande, Nicolas Sarkozy, avait lui aussi promis d'abolir la semaine de 35 heures, mais il n'y est jamais parvenu pendant ses cinq années au pouvoir.

International