•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cybersécurité : IBM choisit UNB

Publicité d'IBM en Allemagne (archives)

Photo : AFP

Radio-Canada

Le géant informatique IBM a choisi l'Université du Nouveau-Brunswick pour mener un projet de cybersécurité. L'entreprise en a fait l'annonce mardi, à Fredericton.

Avec ce projet, IBM souhaite adapter sa technologie cognitive Watson à la lutte pour la cybersécurité. Les efforts du géant américain visent à améliorer les capacités des analystes en sécurité en utilisant des systèmes cognitifs qui permettent d'automatiser les connexions entre les données, les menaces émergentes et les stratégies d'assainissement.

Le directeur général d'IBM Security, Marc van Zadelhoff, explique que le volume et la vitesse des données en matière de sécurité représentent l'un des plus grands défis de l'entreprise dans le traitement de la cybercriminalité.

« Même si l'industrie est en mesure de combler les 1,5 million d'emplois en cybersécurité d'ici 2020, nous aurions encore une crise des compétences en matière de sécurité », a déclaré M. Zadelhoff.

IBM soutient qu'elle a choisi UNB en raison des 15 ans de collaboration avec l'université sur la recherche en matière de cybersécurité. En 2011, l'entreprise a acheté Q1 Labs, une société de logiciels de sécurité de Fredericton qui a été mise sur pied à l'UNB.

« Ceci est une formidable opportunité pour l'Université du Nouveau-Brunswick qui correspond bien à notre partenariat avec IBM », a pour sa part déclaré le recteur de l'UNB, Eddy Campbell.

UNB est l'une des huit universités en Amérique du Nord choisi par IBM pour aider l'entreprise mondiale à adapter sa technologie cognitive emblématique Watson dans la lutte pour la cybersécurité.

Acadie

Informatique