•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Aldéoda Losier

Aldéoda Losier, qui tentait de se faire réélire à la mairie, semblait confiant en début de soirée.

Photo : Photo: Ici Radio-Canada/René Landry

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les électeurs du Nouveau-Brunswick ont fait leurs choix. Des maires influents de partout dans la province se sont fait montrer la porte par les électeurs, lundi soir. 

Un texte de Antoine Trépanier TwitterCourriel

Les maires de Kedgwick, Campbellton, Fredericton, Tracadie, Grand-Sault et Dalhousie, notamment, ne sont pas parvenus à se faire réélire. À Kedgwick, Jean-Paul Savoie s'est incliné par un peu plus de 100 voix devant Janice E. Savoie.

« Moi, je viens de retrouver ma liberté. Les chiffres parlent d'eux-mêmes », a déclaré M. Savoie. À Tracadie, le maire sortant Aldéoda Losier n'a pas gagné son pari. Denis Losier est parvenu à remporter cette élection attendue.

Le maire sortant de Lamèque, dans la Péninsule Acadienne, Réginald Paulin a mordu la poussière devant son opposant Jules Haché qui l'emporte 405 voix contre 311.

J'accepte le verdict à 100 %.

Une citation de :Clem Tremblay, maire sortant de Dalhousie

Pour leur part, Yvon Lapierre, à Dieppe, Cyrille Simard, à Edmundston, et Gerry Cormier, à Miramichi, sont parvenus à se faire réélire sans trop de difficulté.

Plus de 573 000 électeurs étaient enregistrés pour ces élections municipales. En fin de soirée lundi, les résultats préliminaires en ce qui a trait au taux de participation montraient que 34,55 % des Néo-Brunswickois inscrits s'étaient prévalus de leur droit de vote. En comptant les 47 000 votes enregistrés lors des trois jours de vote par anticipation, près de 190 000 personnes se sont déplacées pour enregistrer leur bulletin de vote.

Cyrille Simard savoure sa victoire

Cyrille Simard savoure sa victoire

Photo : Ici Radio-Canada/François Vigneault

« Je ne veux pas diminuer les victoires ou les mandats des maires en particulier dans les trois plus grandes villes, mais si vous regardez le taux de participation, c'est à environ 35 %, et quand ils sont élus avec une pluralité des voix, ça donne environ 15 % en réalité du total des électeurs. L'ampleur des mandats est assez fragile », affirme le consultant en gestion du secteur public et ancien haut fonctionnaire au gouvernement du Nouveau-Brunswick, Jean-Guy Finn. 

Des nouveaux maires

Plusieurs municipalités auront un nouveau maire. C'est d'ailleurs le cas des trois plus grandes villes de la province, soit Moncton, Saint-Jean et Fredericton.

À Moncton, la conseillère Dawn Arnold succédera à George LeBlanc et deviendra du coup la première mairesse de l'histoire de la municipalité. M. LeBlanc n'a pas tenté de se faire réélire pour un troisième mandat.

Le maire de Bathurst, Stephen Brunet, n'était pas de la joute électorale, lui qui a été maire pendant trois mandats consécutifs. Quatre candidats étaient en lice pour sa succession. C'est finalement Paolo Fongemie qui a remporté l'élection avec 3064 voix. 

Pour la première fois depuis plusieurs années, les citoyens de Bathurst ont élu un maire qui s'exprime en français. Stephen Brunet est unilingue anglophone.

« Le représentant ultime de la communauté doit être le reflet de sa communauté », a déclaré M. Fongemie. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie