•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Produits forestiers Résolu : production maintenue malgré des pertes trimestrielles

Chargement de l’image

L'usine de Produits forestiers Résolu, à Thunder Bay.

Photo : Frédéric Projean

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Produits forestiers Résolu (PFR) garde le cap sur sa production dans ses quatre zones d'exploitation et deux moulins à scie du nord-ouest de l'Ontario malgré des pertes de 18 M$ au premier trimestre de l'année 2016. 

Selon le directeur des affaires publiques et des relations gouvernementales, Karl Blackburn, les emplois seront aussi maintenus à Atikokan, à Ignace et à Thunder Bay.

« Les opérations sont à plein régime. On fait face à des défis qui sont extrêmement importants, mais avec les équipes qui sont en place, on est en mesure de pouvoir relever ces défis. »

— Une citation de  Karl Blackburn, directeur des affaires publiques et des relations gouvernementales, Produits forestiers Résolu 

La reprise du marché de la construction aux États-Unis contribue à l'optimisme, ajoute-t-il.

Bois d'oeuvre

Parmi les défis avec lesquels PFR doit composer, M. Blackburn souligne la baisse du prix des produits issus de la forêt et la signature d'une nouvelle entente sur le bois d'oeuvre. 

Présentement, le Québec et l'Ontario profitent du libre échange avec les États-Unis depuis la fin, en octobre dernier, de la précédente entente. Une situation qui plaît à l'industrie forestière, explique Karl Blackburn, en raison de l'absence de quotas et de tarifs à l'exportation. 

« Si jamais le gouvernement fédéral voulait arriver à faire une nouvelle entente, le Québec et l'Ontario devraient être considérés comme des régimes permettant d'avoir accès au libre-échange avec le marché américain. S'il fallait qu'il y ait encore une nouvelle entente avec soit des quotas ou des taxations importantes, ça viendrait freiner l'élan de l'industrie forestière du Québec ou de l'Ontario. »

Ottawa veut pour sa part signer une nouvelle entente qui va garantir un « accès stable au marché américain pour les producteurs canadiens de bois d'oeuvre. »

Le premier ministre Justin Trudeau a dit, lors de son passage à Washington il y a quelques semaines, que son gouvernement ferait une annonce sous peu. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario