•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des communautés de Terre-Neuve-et-Labrador sans service cellulaire

Port-au-Port

Port-au-Port

Radio-Canada

Des communautés de Terre-Neuve-et-Labrador n'ont toujours pas de service cellulaire et de connexion Internet haute vitesse, et les résidents commencent à perdre patience.

C'est le cas dans la péninsule de Port-au-Port ,où on admet difficilement qu'en 2016, on ne peut avoir accès à ces services.

À La Grand'Terre, l'accès aux nouvelles technologies est un défi quotidien.

Le Réseau de développement économique et d'employabilité de Terre-Neuve-et-Labrador, le RDEE, l'a vite constaté lors de consultations communautaires.

« Dans la consultation communautaire à La Grand'Terre, j'ai trouvé que la priorité c'est le service cellulaire et l'Internet haute vitesse aussi », raconte Wendy Brake, agente de développement économique, Ouest de Terre-Neuve.

Plusieurs résidents rêvent de voir une première tour cellulaire couvrir la péninsule de Port-au-Port et ces 4000 résidents.

Des endroits comme La Grand'Terre et Trois Cailloux n'ont pas de connexion cellulaire et les résidents de l'Anse-aux-Canards peinent à en trouver une. Même chose pour l'Internet haute vitesse. Tout dépend où la maison est située.

Le RDEE prépare une proposition aux grandes entreprises de télécommunication pour qu'elles implantent une tour cellulaire.

Et les arguments ne manquent pas.

« On est en 2016, on a besoin d'un service cellulaire pour nos jeunes qui prennent l'autobus, sur la montagne entre Cap Saint-Georges et La Grand'Terre, tous les jours en hiver c'est trop dangereux, alors c'est pour la sécurité de nos jeunes. C'est pour la sécurité des pêcheurs qui partent pêcher pendant l'été et c'est pour tout le monde, pour les entreprises qui veulent agrandir leur entreprise », affirme Wendy Brake.

Le processus est long et la communauté pourrait devoir s'impliquer financièrement. Mais Wendy Brake est confiante.

« On est une communauté à minorité autochtone et francophone et comme ça, on peut trouver d'autre argent pour les bailleurs de fonds. »

Bell Aliant ne ferme pas la porte à un partenariat avec le gouvernement, les collectivités ou d'autres organisations comme la compagnie l'a fait dans le passé dans des zones rurales. Mais une porte-parole de Bell Aliant indique dans un courriel qu'à l'heure actuelle, il n'y a pas de plans pour étendre le service sans fil dans la région de Port-au-Port.

Avec les informations de Philippe Grenier

Acadie

Société