•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Un visa canadien pour un chanteur « homophobe », mais pas pour un militant LGBT tunisien

    Ramy Ayari est jeune homme bien connu dans la communauté LGBT tunisienne. Il a fondé en 2014 l'association « Without Restriction »
    Ramy Ayari est jeune homme bien connu dans la communauté LGBT tunisienne. Il a fondé en 2014 l'association « Without Restriction » Photo: Facebook
    Radio-Canada

    Un militant qui dirige une association tunisienne de défense des droits des homosexuels s'est vu refuser un visa pour venir donner une conférence à Montréal. Mais un chanteur tunisien qui a récemment tenu des propos homophobes affirme qu'il pourra venir se produire dans la métropole ce mois-ci.

    Un texte de Bahador ZabihiyanTwitterCourriel

    Ramy Ayari est un jeune homme bien connu dans la communauté LGBT tunisienne. Il a fondé en 2014 l'association « Without Restriction ».« On donne de l'aide aux personnes qui ont été expulsées par leur famille, qui ont été agressées. On fait des formations pour des personnes LGBT [...], des formations sur la sécurité », dit-il en entrevue avec Radio-Canada.

    Même après le printemps arabe, la situation des homosexuels en Tunisie est particulièrement difficile. « Presque tous les jours, on reçoit des messages de menaces [...] C'est devenu dangereux », dit-il. La veille de l'entrevue, un de ses amis s'est d'ailleurs fait agresser.

    C'est ce quotidien qu'il aurait voulu venir raconter à Montréal aujourd'hui dans le cadre de la conférence « Tunisie, cinq ans après le printemps arabe, où en est la société de droit? » organisée par la Chaire UNESCO-UQAM de philosophie.

    Son visa pour le Canada lui a été refusé, car l'agent d'immigration craignait qu'il ne quitte pas le pays après son arrivée. « On me répond que mon dossier de visa a été refusé parce que je n'ai pas un compte bancaire et que je ne travaille pas et qu'avant je n'ai jamais voyagé », dit-il.

    Or, sa situation financière s'explique en partie par le fait que les militants LGBT sont régulièrement discriminés en Tunisie. 

    M. Ayari a fourni dans sa demande des lettres de soutien de plusieurs associations de défense des droits des personnes LGBT au Québec ainsi qu'une lettre de soutien de la députée Hélène Laverdière.

    « Quand je viens au Canada, ce n'est pas pour demander l'asile. J'ai quelque chose à faire pour les LGBT en Tunisie, c'était ça mon but, pas plus », soutient-il.

    Walid Ettounsi, chanteur tunisien, qui sera de passage à Montréal dans deux semaines.Walid Ettounsi, chanteur tunisien, qui sera de passage à Montréal dans deux semaines. Photo : YouTube

    Il s'étonne qu'un autre Tunisien, le chanteur Walid Ettounsi, puisse venir à Montréal à la fin du mois de mai pour donner un concert, même s'il a tenu des propos homophobes lors d'un débat regroupant plusieurs personnalités du pays, dont un militant LGBT. « N'est-ce pas honteux ce que vous faites? », lance en arabe le chanteur au jeune responsable d'une association de défense des droits des homosexuels. « Vous vous regardez bien dans les yeux? », ajoute-t-il. « Je ne suis pas contre l'humanité, mais contre l'acte », lance enfin le chanteur.

    Quand je me suis marié avec ma femme, il était clairement inscrit que ce mariage était lié à un partenaire féminin.

    Walid Ettounsi, chanteur tunisien

    Par la suite, M. Ettounsi a publié une vidéo sur Facebook pour confirmer sa venue à Montréal, se vantant que son spectacle au Théâtre Rialto affichait même complet.

    « Je rassure tout le monde, le spectacle aura lieu. J'ai eu une confirmation des autorités canadiennes », dit-il, sourire aux lèvres. 

    Haroun Bouazzi, de l'Association des Arabes et des musulmans pour la laïcité au Québec, s'étonne de la situation.

    Comment est-ce qu'on en arrive à refuser le visa de personnes, justement, qui sont victimes, alors que les personnes qui font partie du système de domination et d'oppression des minorités LGBT peuvent venir ici s'exprimer et recevoir leur visa?

    Haroun Bouazzi, de l'Association des Arabes et des musulmans pour la laïcité au Québec

    M. Bouazzi a longtemps milité pour les droits de la personne en Tunisie. Il indique que la loi tunisienne interdit la sodomie. Des membres de la société civile, comme Ramy Ayari, tentent de la faire changer. En décembre 2015, six étudiants avaient été condamnés à de la prison ferme pour pratiques homosexuelles, rapportait France 24.

    Lettre au ministre McCallum

    Les associations ont d'ailleurs écrit une lettre au ministre de l'Immigration John McCallum pour lui demander d'accorder un visa au jeune homme, car elles souhaitent l'inviter à une date ultérieure.

    M. Ayari continue de militer en Tunisie, mais espère que le Canada va soutenir sa cause. « Le problème, c'est que le gouvernement ne bouge pas [...] On a besoin d'un soutien international », dit-il.

    Pendant ce temps, les menaces verbales et physiques continuent.

    L'autre jour, quand ils m'ont refusé le visa, j'ai été agressé par six mecs devant une boîte de nuit. Et le matin quand je me suis réveillé, il y a un flic qui m'avait envoyé un message de menaces de mort.

    Ramy Ayari, militant LGBT

    Immigration Canada n'a pas souhaité commenter pour l'instant. Le bureau du ministre McCallum n'est pas en mesure de commenter, à cause de la nature privée des demandes de visas.

    Avec Karim Ouadia

    Grand Montréal

    Société