•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Billy (les jours de hurlement), de Fabien Cloutier (Dramaturges éditeurs)

Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Cet incontournable a été choisi par le public.

RÉSUMÉ

La nuit dernière, il est tombé 40 centimètres de neige. Et ça tombe encore. Ce matin, il fait moins 27 degrés, et pendant que ses parents mangent des beignes et boivent du café à l'intérieur, Billy est laissé seul dans l'auto. Une femme le voit. Une femme décide d'aider Billy. Elle veut parler. Ce matin, un homme est résolu à se faire justice dans une garderie. Il veut parler. Ce matin, une autre femme attend qu'on lui livre un babillard. Encore. Depuis plusieurs mois. Ce matin, on décide que ça suffit. Ce matin, ça hurle de partout. Avec cette pièce, l'auteur Fabien Cloutier fait déferler la vague contaminante d'une colère construite de toutes pièces par les préjugés, les idées reçues et l'ignorance crasse de l'autre. Billy déploie sur scène une véritable catharsis collective, un « chialage » habile et libre devenu sport national, à la fois jouissif et contagieux. Lauréat du prix Gratien-Gélinas.

EXTRAIT

LA MÈRE D'ALICE : Ça va être quoi après? | Ça va s'arrêter où? | Y'a froid | C'est pas grave | Y'a faim | C'est pas grave | Y'a mal | C'est pas grave | Pis après? | Hein? | Pis après? | Y vont se lever une nuit parce que le p'tit braille trop | Pis y vont le shaker | Pis le shaker encore | Pis crier | « ta yeule Billy | ta yeule! » | En continuant à le shaker | C'est dur à shaker j'imagine un enfant de 4 ans | Mais Billy y'est assez p'tit à cause qu'y mange mal | Qu'y peuvent le shaker | Pis sa tête va partir de même | Pis de même | Pis son p’tit cerveau va se frapper dans son crâne | Ou ben sa p’tite colonne va casser | Pis quesse qui va arriver? | Billy sera pas à garderie le lendemain | Parce que c'est rendu que ses yeux partent sur toué bords | J'vas dire ça | J'vas dire ça.

Extrait de « Billy (Les jours de hurlement) », de Fabien Cloutier

POURQUOI CE LIVRE EST UN INCONTOURNABLE 

Cette pièce de théâtre est un incontournable selon moi parce qu'elle montre à quel point nous sommes prompts à porter des jugements sur les autres sans rien savoir de leur vie. Elle nous rappelle à quel point nous aimons chialer, de manière pas toujours justifiée. Elle nous parle avec notre langue française d'ici. Elle parle aussi un peu de notre rapport à l'hiver et de nos tempêtes de neige. Elle nous parle de nos enfants. De notre rapport au travail. Elle raconte la vie de gens ordinaires à qui il arrive un fait divers d'hiver. Cette histoire est un incontournable pour moi parce qu'elle m'a fait rire aux larmes et m'a laissée avec un gros motton sur le coeur.
Marie-Claude Plourde, Lévis

Sans doute moins connue que Scotstown et Cranbourne, du même auteur, la pièce Billy (les jours de hurlement) a confirmé l'immense talent du dramaturge Fabien Cloutier. On trouve dans ce texte une grande rage envers la société, le tout mêlé d'un humour mordant et grinçant, qui ne laisse pas le lecteur (ou le spectateur) indifférent. Le monde qui y est décrit, c'est le monde que nous connaissons. Dans une société régie par l'éternel gros bon sens qui a du sens pour de moins en moins de gens, « Billy » est le texte qu'il fallait à la décennie actuelle. L'une des forces de Fabien Cloutier, dans cette pièce, c'est de nous présenter des personnages qui sont, au premier abord, détestables, et qui semblent tout droit sortis d'une tribune téléphonique de certaines radios. Par contre, l'auteur nous les fait découvrir et apprécier, pour effacer le jugement qu'on a tendance à porter sur ces gens, qui pourraient facilement se retrouver dans notre entourage. Le langage est ici presque un personnage à part entière. La langue est crue, mais cette langue est vraie. Nous n'avons jamais l'impression que les paroles prononcées ne sont là que pour choquer le public. Au contraire, Cloutier maîtrise à merveille les codes qu'il a créés et joue avec ceux-ci avec virtuosité. Si Michel Tremblay a marqué les esprits avec son joual, on peut considérer Fabien Cloutier comme un digne cousin éloigné de la fesse gauche de Tremblay. Avec Billy (les jours de hurlement), Cloutier inscrit son langage dans une pièce qui nous frappe à grands coups de poing su'à yeule et nous laisse réfléchir à la façon dont les débats sont menés dans la société, où démagogie et mauvaise foi laissent souvent peu de place à la nuance. Un must à lire (mais surtout à voir) pour qui veut se laisser déstabiliser!
Simon Bélanger, Sainte-Anne-de-la-Pocatière

 

Livres

Arts