•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections municipales : la lutte s'annonce chaude à Tracadie

Tracadie

Tracadie, au Nouveau-Brunswick

Photo : ICI Radio-Canada/Pierre-Alexandre Bolduc

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À Tracadie, au Nouveau-Brunswick, le maire sortant Aldéoda Losier affronte le directeur de l'école La Fontaine de Neguac, Denis Losier, sur plusieurs enjeux, dont celui de l'impôt foncier.

Un texte de Mathieu BoudreauCourriel

À première vue, le centre-ville de Tracadie semble avoir déjà été plus dynamique. Cette morosité apparente dérange Denis Losier. « On a fait les manchettes comme vous dites aux niaiseries acadiennes. C'est certain que c'est comique à première vue. Mais pour nous, ça démontre que justement il y a un travail à faire de ce côté-là », dit-il.

Aldéoda Losier ne se sent pas responsable de cette dévitalisation. « Si les entreprises ne voient pas une opportunité de faire des affaires au centre-ville, ce n'est pas à la Ville de payer 3,5 à 4 millions de dollars pour acheter un centre-ville et après ça passer la taxe aux citoyens », lance-t-il.

Bien des citoyens reprochent à Aldéoda Losier d'avoir misé sur le développement du parc commercial, plus en retrait, au détriment du centre-ville, à un point tel qu'une partie de la communauté d'affaires s'est rangée derrière Denis Losier.

« Probablement que ça démontre que s'il y a des commerçants justement qui veulent contribuer, eux autres s'attendent à un changement et non pas à une continuité dans le futur par rapport à la municipalité de Tracadie », estime Denis Losier.

« Les gens qui disent qu'il a des gens d'affaires, je n'embarque pas dans ce débat-là. C'est Alcide Léger et son équipe. Moi, je n'ai pas d'affaire à justifier. Ils n'ont pas voulu l'expliquer sur la place publique. Moi, je ne l'expliquerai pas », réplique Aldéoda Losier.

Débat sur l'impôt foncier

Le regroupement de Tracadie et des communautés environnantes a eu un impact négatif sur le portefeuille de plusieurs citoyens, selon Denis Losier. Il soutient que l'impôt foncier est devenu un enjeu majeur dans cette campagne.

« Il y a des gens qui ont vécu des hausses significatives, des gens qui ont réalisé certaines choses où à un moment donné ils ont dû vendre certaines propriétés, des terrains sur le bord de l'eau, parce que ç'a pratiquement doublé ou triplé », soutient Denis Losier.

« Ça revient au gouvernement de se justifier. Présentement, on dit que c'est la faute du maire de Tracadie. Moi, je dis : "Écoutez, le maire de Tracadie n'a pas cette puissance-là". C'est une loi provinciale. C'est fait par la province du Nouveau-Brunswick. C'est un débat qui a sa place, mais aucun maire ne peut modifier ce qu'est la loi provinciale », réplique Aldéoda Losier.

Retour sur le nom de la municipalité

Denis Losier s'était opposé publiquement au retrait de Sheila du nom de la ville. « Pour les gens qui sont établis dans le secteur Sheila, du jour au lendemain la tour est partie de la couleur rouge à la couleur blanche avec les armoiries de la municipalité. Ç'a réveillé des codes sensibles », dit-il.

Paradoxalement, il ne va s'engager à revenir en arrière.

« Quand on a voulu parler du nom, où était-il en octobre 2014 lorsqu'on a demandé à tous les gens de la communauté : "Est-ce que vous avez des objections de mettre le nom Tracadie? », demande Aldéoda Losier.

Les élections auront lieu lundi. D'une manière ou d'une autre, le prochain maire de Tracadie aura pour nom Losier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie