•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas question d'abandonner l'aéroport de Matane

Avion qui se dirige sur le tarmac. Une quinzaine de pilotes de partout dans l'Est du Québec se sont présentés à l'événement matanais.

Une quinzaine de pilotes de partout dans l'Est du Québec se sont présentés à l'événement matanais.

Photo : ICI Radio-Canada/JF Deschênes

Radio-Canada

Les pilotes de Matane ont invité la population à venir découvrir leur aéroport, samedi. Ce que veut le comité de sauvegarde, c'est démontrer que celui-ci est toujours utilisé et qu'il faut réparer l'endroit qui est de plus en plus laissé à l'abandon.

Un texte de Jean-François DeschênesTwitterCourriel
Les fissures sont nombreuses sur la piste.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les fissures sont nombreuses sur la piste.

Photo : ICI Radio-Canada/JF Deschenes

Une quinzaine de pilotes privés en provenance d'un peu partout à l'est de Québec sont venus manifester leur appui en passant une journée à Matane. L'organisation estime que 200 visiteurs et pilotes se sont présentés à la journée porte ouverte de samedi.

Le pilote amateur, Eddy Métivier, croit qu'il faut investir au minimum un demi-million de dollars à l'aéroport, pour la sécurité des pilotes, mais aussi pour la sécurité de la population. Depuis 2012, l'avion ambulance n'atterrit plus à Matane sauf en cas d'extrême urgence, parce que la piste est trop endommagée.

Parmi les travaux à faire, il y a les fissures qui se retrouvent tout le long de la piste de 1 676 mètres (5 500 pieds). Il faut régler un problème de drainage qui a créé une bosse sur la piste qu'il faut maintenant enlever. Il faut aussi améliorer la sécurité en installant une clôture animalière. Le bâtiment d'accueil a aussi un besoin de travaux importants.

Un projet est en élaboration, mais Eddy Métivier craint que Matane le mette de côté. Les élus ont souvent songé à fermer l'endroit faute d'argent. Le pilote est conscient que des investissements importants sont nécessaires à bien des endroits en ville et que Matane n'est pas une ville riche.

Qu'on comprenne que c'est un atout stratégique l'aéroport au niveau d'aérotourisme privé et d'affaires, [...] Mais en même temps, c'est au niveau de la sécurité des gens pour l'évacuation médicale.

Eddy Métivier, pilote amateur

En 2015, la firme-Conseil en immobilisation et management avait examiné 24 infrastructures de la ville de Matane et a proposé de fermer l'aéroport.

L'organisation estime que 200 visiteurs et pilotes se sont présentés à l'événement. spectateurs.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'organisation estime que 200 visiteurs et pilotes se sont présentés à l'événement.

Photo : ICI Radio-Canada/JF Deschenes

Le maire de Matane, Jérôme Landry, assure que le projet existe toujours. Il réfléchit à la façon de financer les travaux et de générer des revenus.

On regarde la possibilité pour augmenter les revenus pour qu'on ne soit pas les seuls à payer pour ça.

Jérôme Landry, maire de Matane
Avion sur la piste avec une lampe en avant plan. La nuit, les lumières ne sont allumées que sur demande.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La nuit, les lumières ne sont allumées que sur demande.

Photo : ICI Radio-Canada/JF Deschenes

Comme revenus, Jérôme Landry pense à louer les entrepôts et organiser des activités sur le site par exemple.

Maintenir l'aéroport en service coûte entre 60 000 et 80 000 $ chaque année, mais dans ce montant, il n'y a aucune réparation, déplore Eddy Métivier.

Est du Québec

Économie