•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ligne bleue, une priorité... qui arrive deuxième

Le ministre des Transports du Québec, Jacques Daoust

Le ministre des Transports du Québec, Jacques Daoust

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Ceux qui espéraient l'annonce officielle du prolongement de la ligne bleue dans les prochaines semaines devront attendre. De passage au Forum sur les transports organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, le ministre des Transports du Québec, Jacques Daoust, a répété que la ligne bleue était prioritaire pour son gouvernement... mais que c'est le financement du projet de Réseau électrique de la Caisse de dépôt et placement qui passera en premier.

Un texte de Jean-Sébastien CloutierTwitterCourriel

La décision officielle sur la ligne bleue, quant à elle, « devrait venir dans la prochaine année ». Le ministre explique qu'il en aura plus rapidement pour son argent avec le projet de la Caisse, qui lui coûtera moins cher tout en générant d'énormes retombées fiscales.

« J'ai un projet que je finance à 100 % [métro] et l'autre où j'en finance quelque chose comme 25 % [REM]. Mon retour sur mon investissement est beaucoup plus rapide dans ce cas-là, parce que je fais travailler beaucoup de monde. »

— Une citation de  Jacques Daoust, ministre des Transports du Québec

Toutefois, le projet de la ligne bleue, tout comme celui de la Caisse, cadrera bien dans la phase 2 du programme des infrastructures du gouvernement fédéral prévu pour les prochaines années.

Plus de 16 milliards de dollars seront disponibles pour des projets dans tout le Canada. Ottawa pourrait donc participer au financement de la ligne bleue si elle figure dans les priorités. « Si j'ai un engagement du fédéral rapide, je peux m'engager rapidement aussi », a précisé le ministre Daoust plus tard dans la journée.

La ligne bleue du métro de MontréalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ligne bleue du métro de Montréal

Le maire de l'arrondissement d'Anjou, Luis Miranda, a mal réagi en apprenant qu'il devra encore attendre pour sa ligne bleue, un projet de près de 3 milliards de dollars.

« C'est clair que le West Island est passé avant nous. On est très perdants. »

— Une citation de  Luis Miranda, maire de l'arrondissement d'Anjou

Débat est-ouest?

Le ministre Daoust et le maire de Montréal, Denis Coderre, refusent de mettre le prolongement de la ligne bleue et le projet de la Caisse de dépôt en opposition pour en faire un débat est-ouest. Ils se réjouissent plutôt de l'argent disponible de la part du fédéral, « qui rend des projets possibles ». Reste à négocier. À court terme, selon le maire, la priorité au projet de la Caisse est compréhensible.

« Il y a du financement qui vient de la Caisse, vous avez Québec aussi qui va embarquer, donc les choses vont rouler rondement. Là, commencer à dire un contre l'autre, arrêtez-moi ça! La ligne bleue, c'est une priorité de la Communauté métropolitaine de Montréal. »

— Une citation de  Denis Coderre, maire de Montréal

Le jour où Québec donnera le signal de départ pour prolonger la ligne bleue, il faudra ensuite faire le plan d'affaires et les plans et devis.

La construction, quant à elle, devrait prendre quatre ans. Bref, les années 2020 risquent d'être avancées le jour de l'inauguration.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !